Jazz–pop. Lumières d’hiver, d'Emilie-Claire Barlow

Emilie-Claire Barlow: en douceur ***

Une décennie après s’être une première fois commise sur un album de Noël, la Torontoise francophile Emilie-Claire Barlow récidive en jouant, le plus souvent en français, la carte de la douceur.

CRITIQUE / La chanteuse y glisse entre le jazz à la pop et a le mérite de sortir un peu des sentiers battus en matière de répertoire. Outre trois nouvelles compositions, elle entonne bien quelques classiques, mais dans son choix de reprises, elle va aussi piger du côté de Tricot Machine (Combien de Noël?, joliment jazzée), de Wilson Phillips (Hey Santa, en duo avec Ingrid St-Pierre) ou de Renée Martel (As-tu vu le père Noël?, avec Mitsou Gélinas). On retiendra notamment le chouette travail de chœurs proposé sur River de Joni Mitchell et cette belle adaptation française de The Christmas Waltz. Mais à trop rester en territoire feutré, l’ensemble finit par manquer un peu de pep. On aurait souhaité un peu plus de pétillant dans les relectures de Marie-Noël de Charlebois ou de cette Chanson pour une nuit d’hiver empruntée à Gordon Lightfoot et beaucoup trop ralentie.