22, A Million Bon Iver

Bon Iver: sensibilité et expérimentation ****

Les années qui ont suivi l'acclamé deuxième album de Bon Iver n'ont pas été de tout repos pour le leader Justin Vernon. Questionnements existentiels et crises d'angoisse sont venus le hanter au point de menacer la survie même de Bon Iver.
22, A Million témoigne de ces bouleversements dans le fond, bien sûr, mais aussi dans la forme. Car si on renoue avec la voix unique de Vernon, sa folk est violemment secouée par les expérimentations. Les voix sont accélérées ou ralenties, passées dans des filtres, tout comme les instruments acoustiques, soumis à différents traitements, en plus de côtoyer les programmations ou les claviers. On peut d'abord être déstabilisé, mais sous la surface résident les mélodies, le chant sensible et la folk propres à l'artiste du Wisconsin. D'ailleurs, les éléments d'expérimentation n'enlèvent jamais la profonde humanité des interprétations et, au fur et à mesure qu'on progresse dans 22, A Million, ils disparaissent, même, pour faire place à la superbe 1000000 Million, au fil d'arrivée. Trente-quatre nouvelles minutes de matériel finement conçu.