Les moments parfaits Amélie Veille

Amélie Veille: trop peu d'Amélie***

Quatre ans après Mon coeur pour te garder, Amélie Veille revient à l'avant-scène avec un quatrième album, brodé, nous dit-on, au fil de ses voyages en Europe.
Pendant ce temps passé outre-mer, l'auteure-compositrice-interprète beauceronne a noué des liens avec des complices prestigieux - des collaborateurs d'Alain Bashung, de Joe Dassin ou de Serge Reggiani -, qu'elle met bien de l'avant. Sans doute un peu trop.
Parce sa folk-pop est à son meilleur lorsqu'elle la forge elle-même, avec une sensibilité qui la confirme plus que jamais comme la petite soeur musicale de Lynda Lemay. Et parce que certains titres empruntés ou cosignés manquent justement de cette couleur personnelle et deviennent un peu génériques (on exclut ici Comment s'habillent les filles, sauvée par le mariage vocal entre Veille et Andréanne A. Mallette).
L'amour (ou le manque de...) agit comme fil conducteur dans ce bouquet de chansons parfois ancrées dans une poésie romantique, d'autres fois dans des références bien concrètes (Ashley Madison pousse peut-être ici le bouchon un peu trop loin).