Le 5 juin, Amelie No dévoilera <em>Part 1</em>, l’introduction d’un projet musical pop R & B inspiré par les éléments.
Le 5 juin, Amelie No dévoilera <em>Part 1</em>, l’introduction d’un projet musical pop R & B inspiré par les éléments.

Amelie No : Dans ses éléments

Geneviève Bouchard
Geneviève Bouchard
Le Soleil
Quatre ans après son passage au concours télévisé La voix, Amélie Nault s’étonne de se faire reconnaître par des gens qui l’ont vue au petit écran.

«Je suis du type legging et t-shirt. Alors que là-bas, c’est tellement poli avec le maquillage et la coiffure. Quand on me reconnaît, je dis : “ah ouain, tu es capable de voir une ressemblance?”» rigole la jeune maman, qui lance le 5 juin un premier mini-album solo sous la bannière Amelie No.

L’autrice-compositrice-interprète de Québec avait déjà acquis de l’expérience du métier au sein du groupe I.No lorsqu’elle s’est laissée convaincre de tenter l’expérience de La voix. Quelques années plus tard, elle raconte l’avoir fait de reculons, elle qui trouve «un peu weird» de placer la musique dans un contexte de compétition.

Professeure de yoga et de Pilates — elle aura l’occasion de nous entretenir sur des notions de l’ayurvéda pendant l’entrevue... —, amatrice de tarot, Amélie Naud comprend qu’elle n’était pas à sa place dans la machine formatée de La voix. Elle ne regrette pas l’expérience, elle a joué le jeu jusqu’en demi-finales, elle y a vu du bon. Mais elle y aussi trouvé du laid, surtout quand une décision de sa coach, Ariane Moffatt, au détriment d’un autre concurrent a exposé l’une comme l’autre à une tempête sur les réseaux sociaux.

«J’étais tellement contente que mon fils soit trop petit pour pouvoir lire ces méchancetés. Après, c’était clair que je ne voulais pas être “la fille de La voix”», résume sans aucune amertume celle qui a volontairement pris ses distances plutôt que de tabler sur la visibilité dont elle avait disposé au petit écran.

«C’est de l’anti-marketing, lance-t-elle. Je pense qu’une femme d’affaires ou quelqu’un de plus entrepreneur aurait surfé sur la vague. Moi, ç’a été le contraire, je me suis refermée comme une huître. Je ne voulais pas qu’on m’en parle. Je me suis reculée. Je voulais me dissocier de ça, je voulais qu’on m’oublie un peu.»

L’inspiration pour une suite

Vendredi prochain, Amelie No dévoilera Part 1, l’introduction d’un projet musical pop R & B inspiré par les éléments : terre, feu, eau, air et éther ont guidé sa plume, sans trop qu’elle l’ait planifié à l’origine.

«C’était prémonitoire un peu, évoque-t-elle. Ça sortait dans mes textes sans que je m’en rende compte. Ce n’était pas un concept réfléchi dès le départ. Quand je me suis relue et que j’ai enregistré les chansons, je me suis dit : “mon Dieu! Je parle de feu et d’eau, je parle du vent...”»

Entourée de Sam Joly à la réalisation, Amelie No a immortalisé cette première fournée de chansons, qui ont été mises en images par l’illustratrice et tatoueuse Mireille Bouchard sous la forme de cartes de tarot.

«Elle a pris le jeu traditionnel et elle a souvent fait des mélanges de deux cartes pour en créer une qui est collée au texte que j’ai écrit et à la vibe qu’elle ressentait en écoutant la chanson. C’est vraiment une belle collaboration», se réjouit Amelie No. Elle y voit un lien porteur avec sa propre création : «J’essaie d’écrire dans une sorte de flou, afin que l’auditeur puisse interpréter selon ce dont il a besoin… Un peu comme le tarot, au fond.»

Comme son titre le laisse deviner, Part 1 aura une suite avant longtemps, surtout que son concept s’est clarifié dans la tête de l’autrice-compositrice-interprète.

«J’ai enregistré ce que je pouvais enregistrer, avance-t-elle. Mais j’avais autre chose à dire. Ce thème-là des cinq éléments, je n’ai pas fini de l’explorer et de puiser là-dedans. Je suis vraiment très inspirée. Ça devrait s’en venir quand même assez rapidement.»