Il n’aura manqué, finalement, que le titre de ministre de la Culture à François Macerola, qui «connaissait tout le monde» dans le milieu culturel et politique.

Mort de François Macerola, grand gestionnaire culturel

MONTRÉAL — François Macerola, un grand gestionnaire culturel qui a tour à tour dirigé l’ONF, Malofilm, Téléfilm et la SODEC, est décédé jeudi à l’âge de 76 ans.

Surnommé «le diplomate», M. Macerola, conjoint de l’animatrice de radio et comédienne Suzanne Lévesque, «connaissait tout le monde» dans le milieu culturel et politique, disait-on de cet homme à qui il n’aura manqué, finalement, que le titre de ministre de la Culture.

Après des études en philosophie et en droit à l’Université de Montréal, François Macerola commence sa longue carrière dans le milieu culturel en 1976 à l’Office national du film du Canada, où il gravit les échelons avant d’occuper la plus haute fonction, jusqu’en 1989. Deux ans plus tard, il passe au privé, en devenant directeur général et vice-président du conseil de Malofilm Distribution.

En 1995, il est nommé directeur général de Téléfilm Canada, poste qu’il occupe pendant trois ans, jusqu’à ce qu’il tente de faire le saut en politique provinciale — il est candidat du Parti libéral dans Vimont, à Laval, aux élections de 1998. Battu par le péquiste David Cliche, il revient au sein de Téléfilm Canada, jusqu’en 2002. On lui doit notamment les «primes à la performance» pour les films financés par l’organisme fédéral.

«Il a contribué à forger le tout premier partenariat entre Téléfilm et le secteur privé par l’intermédiaire du Fonds canadien de télévision, l’actuel Fonds des médias du Canada», indiquait jeudi l’actuelle directrice de l’organisme, Christa Dickenson.

Du Cirque du soleil à la SODEC

M. Macerola sera ensuite brièvement avocat au ministère du Patrimoine canadien, et président de la commission politique du Parti libéral du Québec. En 2003, il est nommé vice-président aux affaires juridiques et commerciales du Cirque du Soleil, puis, en 2006, producteur exécutif de l’organisation; il a alors contribué au développement du cirque québécois en Chine. De juin 2004 à avril 2008, il est aussi président du conseil d’administration de la Place des Arts, à Montréal.

Puis, François Macerola est nommé en 2009 président et chef de la direction de la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC). Il suggérera alors, notamment, de fusionner les trois grands festivals montréalais de cinéma — le Festival des films du monde, le Festival du nouveau cinéma et Fantasia. Son mandat ne sera pas renouvelé en 2013 par le gouvernement péquiste, qui nommera à ce poste Monique Simard.

Le premier ministre François Legault a offert sur Twitter ses condoléances «à Suzanne et à toute la famille» de ce «grand connaisseur culturel et grand jouisseur de la vie».

Christa Dickenson, à Téléfilm, a rappelé que «tout au long de sa carrière, François Macerola s’est imposé comme un visionnaire, un bâtisseur, un fin stratège et un rassembleur. Il était stimulant de travailler avec cet homme énergique, affable et ouvert, qui voyait grand.

«Homme d’action, c’était aussi un homme de cœur très attaché à ses enfants, Stéphanie et Louis.»