Misty Copeland est la première danseuse de ballet à entrer en scène dans la vidéo Swans for Relief et est aussi l’instigatrice de cette initiative avec son ancien collègue Joseph Phillips.
Misty Copeland est la première danseuse de ballet à entrer en scène dans la vidéo Swans for Relief et est aussi l’instigatrice de cette initiative avec son ancien collègue Joseph Phillips.

Misty Copeland mène un ballet virtuel pour aider sa communauté artistique

NEW YORK — Une ballerine en Australie flotte pratiquement dans la salle à manger avec son hijab. Une autre bondit dans les airs sur une toiture aux Philippines tandis qu’une troisième montre son savoir-faire avec ses pas de danse dans sa cour arrière aux États-Unis.

Qu’elles portent un tutu ou un t-shirt court branché, en s’inclinant devant la cuisinière ou des arbres dont les feuilles ballottent dans le vent, 32 ballerines de 14 pays ont enfilé leurs chaussons de ballet pour participer à un événement caritatif devant un public virtuel.

«C’était une opportunité d’unir nos forces pour avoir un plus grand impact», a déclaré Misty Copeland, qui est la première danseuse à entrer en scène dans cette vidéo et l’instigatrice de cette initiative avec son ancien collègue Joseph Phillips.

L’événement Swans for Relief a été conçu pour amasser des fonds pour des danseurs de partout à travers la planète, qui ont perdu leur emploi dans la foulée des annulations d’événements culturels et publics en raison de la pandémie de COVID-19.

«Une fois que la compagnie t’a libéré, c’est difficile de retrouver du travail», a-t-elle expliqué en entrevue sur la plateforme Zoom à l’Associated Press mardi, depuis sa résidence new-yorkaise.

«J’étais vraiment ébahie de constater les réponses positives sur-le-champ lorsque je parlais de mon projet à un artiste. C’était le choc total devant les réactions immédiates de “Oui, tu peux compter sur moi.”»

Mme Copeland s’est donc associée à la fondation Entertainment Industry Foundation (EIF) pour aller de l’avant avec son projet. L’objectif était d’amasser 500 000 $ pour aider des danseurs de ballet à payer leurs dépenses courantes, comme le loyer, depuis l’annulation des spectacles de ballet et la fermeture de plusieurs compagnies de danse.

Les 32 ballerines dans la vidéo représentent des troupes de danse à travers le monde, comme en Chine, en Russie, en Europe, à Cuba, au Mexique, aux Philippines, en Afrique du Sud, au Canada et aux États-Unis.

La vidéo diffusée mercredi montre chacune des ballerines qui livrent une performance à la maison sur des ballets classiques, comme La Mort du cygne (Dying Swan) ou Le Cygne (The Swan) dont les mélodies connues sont livrées par le violoncelliste Wade Davis.

Avoir un groupe diversifié était une priorité pour Misty Copeland, une pionnière dans l’industrie, puisqu’elle est la première danseuse classique noire, devenue première danseuse à l’American Ballet Theatre.

«Je crois que je me suis battue toute ma carrière pour montrer la diversité du ballet classique, ce à quoi il ressemble à travers le monde», a-t-elle affirmé.

Elle a aussi souligné l’importance d’aller au-delà des plus grandes vedettes du ballet afin de présenter des talents émergents.

Pour Mme Copeland, la vidéo Swans for Relief était aussi l’opportunité de démontrer à la communauté du ballet qu’il fallait revoir comment interagir avec le public.

«Nous avions besoin de réinitialiser le tout, de prendre un pas en arrière pour voir comment on fait les choses dans une communauté artistique qui n’a pas l’habitude d’avoir recours aux médias. Il est temps que nous apprenions comment évoluer dans un monde virtuel [dans ce contexte]», a affirmé la populaire ballerine.

«Je crois qu’il en ressort des éléments positifs, notamment pour rejoindre les gens à l’extérieur des salles de théâtre, qui risquent d’être évitées dans les semaines et les mois à venir», a conclu Misty Copeland.