Lynyrd Skynyrd a fait résonner haut et fort le son d’une autre époque, samedi soir, sur des Plaines.

Lynyrd Skynyrd au FEQ : dernier tour de piste d’enfer [VIDÉOS]

CRITIQUE / Pour sa première et dernière visite à Québec en 55 ans d’histoire, la formation Lynyrd Skynyrd a fait résonner haut et fort le son d’une autre époque, samedi soir, sur des Plaines prises d’assaut par une bonne foule de têtes grises qui en ont eu pour le prix de leur laissez-passer. À n’en pas douter, la bande de vétérans sait y faire lorsqu’il s’agit d’embarquer son monde dans le party.

Drapeau américain accroché à son micro (plus tard, viendra le drapeau québécois) et croix ostentatoire au cou, Johnny Van Zant, frère cadet du regretté fondateur du band, Johnny, mort dans un crash d'avion en 1977, a ouvert le bal avec Workin’ for MCA, What’s Your Name et That Smell, autant de tounes qui ont sonnaient comme une tonne de briques dans le plexus solaire.

À mi-parcours, avec un magnifique croissant de lune accroché au-dessus de la scène, les bras des festivaliers se sont balancés dans un beau mouvement collectif pour Tuesday’s Gone, chaudement applaudie, alors que flottait au milieu de la foule un... drapeau sudiste, symbole controversé dans le sud des États-Unis par son rappel ségrégationniste.

Après avoir souligné qu’il était originaire du quartier ouest de Jacksonville, «le coin le plus dur de la ville», Van Zant a ensuite livré une belle version du grand succès Simple Man. Au rythme des claquements de mains de la foule, ce fut ensuite le coup de départ de Gimme Three Steps, prétexte à de superbes performances à la guitare des Rickey Medlocke, Mark Matejka et Johnny Colt.

Idem pour la toune suivante, Call Me the Breeze, où le pianiste Peter Keyes s’en est donné à cœur joie.

Bien entendu, pour ce premier et ultime tour de piste dans la capitale, Lynyrd Skynyrd n’allait pas priver ses fans de Sweet Home Alabama, leur gros succès de 1973, interprété en mémoire d’Ed King, membre du groupe décédé l’an dernier. Ça ne s’est pas mis à danser comme Forrest Gump avec sa Jenny, mais pas loin.

Les festivaliers, littéralement tombés sous le charme, n’allaient pas laisser partir le groupe sans un dernier morceau, en rappel, en l’occurrence Freebird, qui s’est terminé en lion, sur des riffs de guitare à réveiller les morts jusqu’en Beauce, bonjour les acouphènes...

LITTLE STEVEN & THE DISCIPLES OF SOUL

Jason Bonham’s Led Zeppelin Evening

Plus tôt, Jason Bonham, fils du regretté batteur de Led Zeppelin, John Bonzo Bonham, a fait vibrer les milliers de fans du groupe britannique aux 300 millions d’albums vendus, à l’occasion d’une soirée hommage, déjà présenté deux fois à Québec au début de la décennie.

Le célèbre cri d’ouverture d’Immigrant Song, lancé par James Dylan, a donné le ton à un concert de neuf morceaux de rock lourd et inspiré qui a ramené à un temps que les moins de 50 ans ne peuvent pas connaître.

Bien entendu, la soirée n’aurait pas été complète, ô nostalgie quand tu nous tiens, sans le célèbre escalier pour le paradis, Stairway to Heaven, accueilli dans un tonnerre d’applaudissements. La plupart des baby-boomers se sont revus, ados, dans leur chambre ou le sous-sol familial, à écouter en boucle cette «musique de poils», comme le dit si bien Marc Messier dans Les Voisins.

Le tour de scène du groupe s’est terminé comme elle avait commencé, sur les chapeaux de roues, avec Rock and Roll, o yeah!

Little Steven and The Disciples of Soul

C’est la formation Little Steven and The Disciples of Soul qui avait le mandat de lancer la soirée. Le bon vieux Stevie Van Zandt et sa bande – neuf musiciens aguerris et trois choristes au look années 70 — se sont acquittés de la tâche avec une folle énergie, offrant à l’assistance un rock saupoudré de soul et de R & B.

Compagnon de scène de Springsteen avec le E Street Band depuis 47 ans, le bientôt septuagénaire s’est donné à fond, avec son éternel bandana sur la tête. Le public a eu droit à des numéros de guitare bien sentis de la part de ce musicien acteur vu dans Les Soprano, au rythme d’une dizaine de chansons, dont les enlevantes Los Desaparecidos, Gravity et Sun City.