Lorde et Cyndi Lauper

Lorde et Cyndi Lauper: sœurs de pop

Vendredi soir, l’icône des années 80 Cyndi Lauper ouvrira la voie à la jeune vedette Lorde, de 44 ans sa cadette, sur la scène des plaines d’Abraham. D’un point de vue plus général, on pourrait dire que la première a fait la même chose pour Lorde et ses consœurs dans l’industrie musicale. Alors qu’elles se croiseront au Festival d’été de Québec lors d’une soirée 100 % féminine, pleins feux sur trois aspects que ces voix fortes de deux générations ont en commun.

Elles portent un discours féministe

Cyndi Lauper

Avec sa mélodie ver d’oreille et son inoubliable vidéoclip, la chanson Girls Just Want to Have Fun s’impose d’incontournable manière dans tout bon party thématique des années 80. Sur la piste de danse, on en vient presque à oublier le message féministe que Cyndi Lauper lui a insufflé. La version originale de cette chanson de Robert Hazard portait le point de vue d’un homme… Et le «fun» du refrain revêtait une connotation sexuelle. Jugeant les paroles misogynes, la chanteuse les a remaniées lorsqu’elle a réenregistré la chanson pour son album She’s So Unusual en 1983. «Ça ne veut pas dire que les filles veulent juste du sexe. Ça veut juste dire que les filles veulent avoir les mêmes expériences que celles offertes aux hommes», a-t-elle expliqué il y a quelques années au magazine The Atlantic, dans une entrevue où elle déclarait la chanson «clairement féministe». «Bien sûr que je suis féministe. J’ai brûlé mon premier soutien-gorge dans une manifestation», précisait-elle aussi.

Lorde

Ella Marija Lani Yelich-O’Connor a choisi son nom d’artiste à cause de ce qu’elle a décrit comme une «obsession pour l’aristocratie». Lord est devenue Lorde dans un souci de féminiser l’appellation de celle qui a décrit sa vision du féminisme en entrevue avec 60 minutes, l’an dernier. «Ce n’est pas à propos de moi, a-t-elle avancé. C’est à propos des femmes qui n’ont peut-être pas les mêmes opportunités que moi, les mêmes privilèges que moi. C’est d’essayer de se battre pour de meilleures conditions et un meilleur traitement de toutes les femmes, que ce soit les femmes trans, les femmes noires ou les femmes qui travaillent dans des domaines où elles ne récoltent pas beaucoup de respect. Pour moi, c’est ça le féminisme.»


« Ça ne veut pas dire que les filles veulent juste du sexe. Ça veut juste dire que les filles veulent avoir les mêmes expériences que celles offertes aux hommes »
Cindy Lauper, à propos des paroles de Girls Just Want to Have Fun

***

Elles n’ont pas tardé à s’imposer

Cyndi Lauper

Avec des albums vendus par millions, on ne peut nier que Cyndi Lauper a laissé sa trace dans le paysage musical depuis 35 ans. Avec sa musique, elle a fracassé plusieurs barrières. Et elle n’a pas tardé à le faire. Avec She’s So Unusual, qui lui a d’ailleurs valu le Grammy de la révélation de l’année, elle est devenue la première artiste féminine à placer quatre chansons (Girls Just Want to Have Fun, Time After Time, She Bop et All Trough the Night) dans le top 5 à son premier album. En 2013, elle a été récompensée au Gala des prix Tony pour la partition musicale qu’elle a créée pour la comédie musicale Kinky Boots. Elle était la première femme à remporter cet honneur. «C’est un spectacle sur la diversité et l’acceptation. Voilà des sujets qui méritent qu’on se retrousse les manches», avait-elle déclaré dans la foulée. 

Lorde

Dire que Lorde est un talent précoce relève de l’euphémisme. La musicienne n’avait que 12 ans lorsqu’elle a été recrutée par la compagnie Universal, séduite par un enregistrement d’un concert scolaire. À l’âge de 17 ans, elle a récolté son premier numéro un du palmarès Billboard grâce à la pièce Royals, premier extrait de son album Pure Heroin, arrivé dans les bacs en 2013. En plus d’avoir posé sa voix sur la trame sonore de deux films de la série Hunger Games, elle a lancé un deuxième album, Melodrama, l’année dernière. Bref, à 21 ans, Lorde a déjà pas mal de métier...

***

Elles tiennent leur bout

Cyndi Lauper

Depuis le début de sa carrière, Cyndi Lauper a doublé son statut de chanteuse avec celui de militante pour les droits de la communauté LGBT (lesbiennes, gais, bisexuels et transgenres). Si sa chanson True Colors est devenue un hymne pour la cause, la chanteuse s’est aussi impliquée sur la scène politique en plus de créer une fondation qui soutient notamment les jeunes qui deviennent sans-abri après avoir été rejetés par leur famille à cause de leur orientation sexuelle. En entrevue avec le magazine Billboard, l’an dernier, elle a justifié son implication ainsi: «Quand tu as une grande gueule, autant s’en servir pour faire du bien, comme pour les gens qui n’ont pas voix au chapitre.» 

Lorde

En nomination pour le trophée de l’Album de l’année au dernier gala des prix Grammy, Lorde a refusé d’y chanter à cause d’une offre jugée sexiste. Alors que les autres nommés, tous masculins (Jay-Z, Bruno Mars, Childish Gambino et Kendrick Lamar), ont pu entonner leurs propres œuvres pendant la cérémonie, les organisateurs offraient à la jeune Néo-Zélandaise de prendre part à l’hommage au regretté Tom Petty en interprétant American Girl. Elle a préféré passer son tour. La chanteuse a répliqué avec beaucoup de classe en achetant une pleine page dans le journal The New Zealand Herald pour remercier ses fans pour leur soutien. «Je voulais seulement dire merci, du fond du cœur, d’avoir aimé et adopté [l’album] Melodrama comme vous l’avez fait. Ma nomination vous appartient. Merci aussi de soutenir les femmes en musique», pouvait-on lire dans une note manuscrite. 

Au lendemain de la dernière cérémonie des Grammy,  la chanteuse a acheté une pleine page dans le journal «The New Zealand Herald» pour remercier ses fans pour leur soutien. «Je voulais seulement dire merci, du fond du cœur, d’avoir aimé et adopté [l’album] Melodrama comme vous l’avez fait. Ma nomination vous appartient. Merci aussi de soutenir les femmes en musique», pouvait-on lire dans une note manuscrite.

***

Vous voulez y aller?

  • Qui: Cyndi Lauper et Lorde
  • Quand: 13 juillet à 20h et 21h30
  • Où: plaines d’Abraham
  • Accès: laissez-passer
  • Info: infofestival.com