Couverture du livre «Grandad Mandela», de Zindzi Mandela

Un livre de la fille de Nelson Mandela publié

PARIS — Un album illustré pour enfants signé de Zindzi Mandela, fille cadette de Nelson et Winnie Mandela, sera publié dans le monde entier le 28 juin à l’occasion du 100e anniversaire de la naissance de l’ancien président sud-africain, a-t-on appris mardi auprès de son éditeur français.

«Partager la parole de la fille de Nelson Mandela avec les enfants de France, quel honneur et quel bonheur», s’est réjoui Alain Serres, directeur de Rue du Monde, auprès de l’AFP.

Le livre, Grand-père Mandela (Grandad Mandela dans l’édition originale en anglais), illustré par l’artiste américain Sean Qualls, revient sur le parcours hors du commun de l’icône de la lutte anti-apartheid et prix Nobel de la paix.

Zindzi Mandela, 58 ans, actuelle ambassadrice d’Afrique du Sud au Danemark, dialogue avec ses petits-enfants Zazi et Ziwelene âgés de 6 et 8 ans. Elle répond aux questions des enfants qui demandent par exemple pourquoi leur arrière-grand-père fut emprisonné. «Parce qu’il luttait contre l’apartheid. Ce mot bizarre, je vous l’ai déjà expliqué, c’était un système politique en Afrique du Sud qui séparait les Noirs et les Blancs», leur explique Zindzi.

À la fin de leur discussion, Zindzi rappelle à ses petits-enfants ce que signifie le mot d’origine bantoue «ubuntu». «Cela signifie: +Je suis ce que je suis grâce à ce que nous sommes tous+». «Il faut traiter les autres comme nous voulons être nous-même traités. C’est la philosophie ubuntu qui a inspiré Grand-père Mandela dans sa lutte et c’est aussi ce qui l’a aidé à pardonner à ses ennemis».

Les dessins, en pleine page, de Sean Qualls sont un mélange acrylique, collage et crayons de couleur. L’ensemble est à la fois doux et chaud.

«En 1971, j’avais 15 ans, j’étais lycéen et j’écrivais avec émotion à Mandela dans sa prison de Robben Island. Et, au fil des années suivantes, je n’ai cessé de manifester, de mobiliser mes amis, l’opinion publique alors que nos gouvernants étaient si réticents à rompre avec le pays de l’apartheid... Alors bien sûr, nous accueillons avec un grand plaisir la parole de Zindzi dialoguant avec ses deux petits-enfants!», a expliqué Alain Serres.

«Les jeunes de notre pays ont grandement besoin de ces mots et de la figure lumineuse de Mandela pour prendre très tôt des repères forts contre l’absurdité raciste et pour la tolérance», a ajouté l’éditeur.