Le Salon du livre de Rimouski 2018 sera le plus gros de son histoire.

Salon du livre de Rimouski: le plus gros de son histoire

RIMOUSKI – En 53 ans d'existence, le plus vieux salon du livre au Québec connaît une croissance telle qu'il a atteint la capacité d'accueil maximale du centre des congrès de l'Hôtel Rimouki. Avec plus de 300 auteurs, dont Alexandre Jardin qui agit à titre de président d'honneur, 115 stands qui débordent dans le corridor et 6 000 élèves qui participent à des ateliers, le Salon du livre de Rimouski, qui se déploiera du 1er au 4 novembre, sera le plus gros de son histoire.

«L'an dernier, on avait 285 auteurs, rappelle le directeur général du Salon du livre de Rimouski, Robin Doucet. Au niveau des animations, on en a encore plus, particulièrement les animations qu'on fait hors des murs. Pour les étudiants, on a été obligés d'allonger notre période d'accueil parce que la demande est plus forte que l'offre. On gère des beaux problèmes!»

Parmi les nouveautés, notons le «speed booking». «Les gens vont être à des tables et ce sont les auteurs qui vont aller rencontrer les gens, explique M. Doucet. Les auteurs vont avoir cinq minutes pour parler de leur livre. Au bout de cinq minutes, il y a un signal qui se fait entendre et l'autre qui était à la table numéro 1 s'en va à la table numéro 2 et ainsi de suite. Donc, l'auteur qui est très connu comme Patrick Senécal ou l'auteur qui en est à son premier roman aura eu la même chance de rencontrer une soixantaine de personnes.»

Robin Doucet croit que l'idée risquera d'être reprise dans d'autres salons du livre. «Si on se fait copier, c'est tant mieux, souligne-t-il. On a toujours été en avant à Rimouski. On aime innover.» La durée de l'activité sera d'une heure.

Le directeur général du Salon du livre de Rimouski, Robin Doucet, estime que l'événement a atteint sa capacité d'accueil maximale.

Une nouvelle activité intitulée «Panoramique: 360 degrés de poésie» proposera une expérience de réalité virtuelle. «On se fait poser un casque sur la tête et c'est un poème qui nous est récité pendant quatre minutes, décrit M. Doucet. C'est vraiment extraordinaire. C'est une façon d'apporter la poésie aux gens.» On pourra entendre trois poèmes québécois lus par Chloé Ste-Marie. Les images ont été tournés au Bic, près de Rimouski, et dans les Chic-Chocs. La musique a été composée par le groupe rimouskois Bascaille.

Le prix Jovette-Bernier 2018 est décerné à Christophe Bernard pour son roman «La bête creuse», publié aux éditions Le Quartanier. Originaire de Carleton-sur-Mer, le jeune auteur, qui vit aujourd'hui à Burlington au Vermont, en est à son premier roman.

«La bête creuse» est une fresque familiale qui se déroule dans un village fictif de la Baie-des-Chaleurs en Gaspésie, nommé Saint-Lancelot-de-la-Frayère. Son personnage principal, Honoré Bouge, dit Monti Bouge, nourrit de grandes ambitions pour son coin de pays grâce à l'argent gagné au poker. Le récit commence en 1911 et se poursuit jusqu'à aujourd'hui. À travers les 717 pages du livre, le lecteur sera témoin d'une vengeance implacable entre Monti Bouge et Victor Bradley de Paspébiac, un ancien arbitre de hockey. Cette vengeance se perpétue sur trois générations.

«Pour son amour envers les siens et l'attachement à ses racines, Christophe Bernard nous a rappelé Victor-Lévy Beaulieu, exprime Diane Chevrier au nom du jury qui a analysé quinze œuvres pour le prix Jovette-Bernier. Mais par-dessus tout, Christophe Bernard est un écrivain exceptionnel qui a su mettre en avant le parler de ses ancêtres en le magnifiant, en le poétisant et qui a su décrire les mœurs d'un peuple beau et fier. Nous pensons que l'auteur, a, avec les aventures invraisemblables des Bouge et des Bradley, écrit une page de l'histoire culturelle québécoise d'une région, la Gaspésie.»

Créé en 1981, le prix littéraire Jovette-Bernier cherche à encourager un auteur du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie ou des Îles-de-la-Madeleine. Le prix est assorti d'une bourse de 1 000$.

Plusieurs auteurs seront présents au Salon pour rencontrer les visiteurs, prononcer des conférences, animer des ateliers ou participer à des tables rondes. Parmi eux, notons Annie Brocoli, Jean-Claude Poitras, Robert Lévesque, Joséphine Bacon, Mario Cyr, Yves Gingras, Fred Dubé et plusieurs autres, sans oublier Alexandre Jardin.

Parmi les activités hors des murs, le Carrefour de la littérature, des arts et de la culture (CLAC) présentera le vernissage de l'exposition «15 ans de Mémoire» et une lecture publique de quatre auteurs visant à célébrer le quinzième anniversaire de la maison d'éditions Mémoire d'encrier. L'événement gratuit se tiendra le 1er novembre à 17h à la Maison de la culture du Château Landry de Mont-Joli. L'exposition se poursuivra jusqu'au 1er décembre.

Bon an mal an, le Salon du livre de Rimouski accueille environ 15 000 visiteurs. Son budget annuel est d'un peu plus de 300 000$.