Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La Peuplade Sophie Létourneau a reçu le Prix littéraire du Gouverneur général dans la catégorie Romans et nouvelles pour Chasse à l’homme.
La Peuplade Sophie Létourneau a reçu le Prix littéraire du Gouverneur général dans la catégorie Romans et nouvelles pour Chasse à l’homme.

Prix du GG: «Un bel encouragement pour l’avenir»

Léa Harvey
Léa Harvey
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Les douze dernières années de quête et d’écriture n’auront pas été vaines pour Sophie Létourneau. Son quatrième ouvrage, Chasse à l’homme, vient d’être élu grand gagnant dans la catégorie Romans, récits et nouvelles francophones aux Prix littéraires du Gouverneur général. Un merveilleux sceau d’approbation pour l’autrice qui accueille cette distinction avec «une immense joie».

«Comme artiste, on se pose toujours des questions sur notre valeur, sur la pertinence de ce qu’on fait, sur l’écho que ça trouve chez les autres. [Ce prix] est aussi une validation de mon travail. Ça fait vraiment du bien», lance d’entrée de jeu Sophie Létourneau, au bout du fil.

Il semblerait d’ailleurs que cet ouvrage ait été destiné à engendrer toute une suite de «coïncidences fastes» pour l’autrice.

Son «récit fragmentaire», né d’un réel entretien avec une cartomancienne qui lui avait prédit qu’elle rencontrerait l’homme de sa vie grâce à un livre, est donc le témoin de sa quête du grand amour ainsi qu’une «célébration du pouvoir des mots» et de l’écriture.

«C’est quand même un ouvrage magique et, que cette magie ait opéré jusqu’à ce niveau-là, j’en tire une grande joie! Mais aussi, il faut dire qu’il porte sur l’amour. Habituellement, ce n’est pas un thème qui gagne des prix. […] C’est donc une grande fierté», affirme en riant la professeure agrégée au département de littérature, théâtre et cinéma de l’Université Laval.

Chasse à l’homme conjugue toutefois son côté fleur bleue et sentimental à une vision féministe qui aborde de front l’envie d’entrer dans le milieu littéraire et d’y faire sa place en tant qu’écrivaine, explique l’autrice, tout en soulignant d’ailleurs sa «belle cuvée» de finalistes, 100% féminine.

Avec l’œuvre de Sophie Létourneau, le Prix du Gouverneur général donne ainsi pour une deuxième année de suite sa reconnaissance au genre qu’est le récit : «Dans mes cours à l’université, dans mes textes plus critiques tout comme dans ma pratique, c’est ce que je cherche à mettre de l’avant. C’est une autre forme de narration, un pacte non fictionnel avec le lecteur, déjà présent en littérature, mais c’est super qu’une œuvre comme Chasse à l’homme puisse recevoir [ce type de distinction].»

Pour l’autrice de Polaroïds et Chanson française, il est aussi important de ne pas sous-estimer l’impact positif que ce genre de récompense peut avoir sur les aspects plus «techniques» du métier, soit la portée médiatique, les demandes de bourses, etc. Loin de lui mettre de la pression pour ses œuvres et projets à venir, cette distinction lui «facilitera les choses», assure celle qui a aussi été finaliste au Prix littéraire des collégiens 2021.