Les trois premiers tomes de la série pour adolescents Sara (La lumière blanche, La deuxième vie et La chambre d'Éden) ont valu à Anique Poitras le prix Livromanie.

L'écrivaine Anique Poitras s'éteint à 55 ans

L'écrivaine Anique Poitras, qui a signé plusieurs romans jeunesse et était chargée de cours en création littéraire à l'Université Laval, est décédée dans la nuit de dimanche à lundi à l'âge de 55 ans. Le site Web des librairies indépendantes du Québec en a fait l'annonce lundi soir.
La cause du décès de l'auteure des séries pour adolescents Sara et Mandoline n'a pas été précisée. Son conjoint, l'ex-journaliste et ex-relationniste du Théâtre jeunesse Les Gros Becs Jean Frenette, lui a rendu hommage sur Facebook. «Je me présente, Jean Frenette, le fier mari d'une femme magnifique... Ma belle Lumière s'est éteinte cette nuit. Je l'aimais à l'infini, je l'aimerai maintenant dans l'infini.»
«C'est avec une grande tristesse que nous saluons bien bas madame Poitras, que nous la remercions pour l'oeuvre laissée derrière elle et que nous souhaitons toutes nos condoléances à son conjoint, à sa famille, à ses proches et à ses lecteurs. Nous lui souhaitons un agréable voyage dans cette blanche lumière...» écrivait pour sa part Josée-Anne Paradis sur le site Web des librairies indépendantes.
Née à L'Épiphanie, dans Lanaudière, Mme Poitras avait commencé en 1987 des études littéraires à l'Université du Québec à Mont­réal. C'est en 1993 qu'elle lance la série Sara avec le livre La lumière blanche. Ce premier tome sera suivi de La deuxième vie en 1994, puis de La chambre d'Éden en 1998 et Le roman de Sara en 2000. 
Les trois premiers tomes de la série Sara ont valu à Anique Poitras le prix Livromanie. Elle a aussi reçu le Prix des abonnés du réseau des bibliothèques du Québec en 2005 avec le roman pour adultes Sauve-moi comme tu m'aimes
Elle était installée à Québec depuis la fin des années 90 après avoir résidé dans la métropole au début de sa carrière.