La folie de la Méga Bibliovente

Comme l'an dernier, alors que la Méga Bibliovente avait doublé son achalandage pour attirer 20 000 personnes, la vente annuelle de livres usagés de la Bibliothèque de Québec a débuté en lion vendredi matin. Plus de 1500 personnes ont franchi les tourniquets du Centre des foires d'ExpoCité au cours de la première heure, et 5000 en tout pour la journée.
L'événement qui se déroule jusqu'à 20h30 vendredi soir et de 9h à 16h samedi et dimanche a créé une ruée l'an dernier grâce à une présence accrue sur les médias sociaux. «En conséquence, nous occupons cette année deux salles plutôt qu'une seule au Centre des  foires et nous avons augmenté également le nombre de caisses», a expliqué Éric Therrien, responsable de l'événement.
Fait particulier, lors de la Méga Bibliovente, les clients paient leurs livres 3,50 $ le kilo, ce qui équivaut à entre 1 $ et 2 $ le livre, selon M. Therrien. La vente permet ainsi, bon an, mal an, aux bibliothèques de Québec de recueillir entre 50 000 $ et 100 000 $ qui sont réinvestis dans les collections.
Cette liquidation annuelle permet aussi à la Bibliothèque de Québec de faire de l'espace dans ses rayons en offrant au public 100 000 livres, DVD, revues et magazines usagés qui ont été retirés des collections.
Les documents qui ne trouveront pas preneur seront remis cette année à l'organisme Kira, qui vient en aide aux enfants de la rue au Burundi. L'an dernier, les livres invendus avaient été remis à la Fondation internationale des cultures à partager, qui avait aménagé une bibliothèque dans la ville de Toupah, en Côte d'Ivoire.