Arrêter d’écrire, dit Gaëtan Brulotte, c’est arrêter de respirer. C’est mettre un pied dans la tombe et attendre que tout se termine.»
Arrêter d’écrire, dit Gaëtan Brulotte, c’est arrêter de respirer. C’est mettre un pied dans la tombe et attendre que tout se termine.»

Gaëtan Brulotte: écrire pour respirer

Léa Harvey
Léa Harvey
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Originaire de Lévis, Gaëtan Brulotte voyage un peu partout à travers le monde depuis plus de 40 ans afin de réaliser ses fonctions d’auteur, de critique et de chercheur. Le Soleil s’est entretenu avec l’homme de lettres dans le cadre de la parution de son carnet d’écrivain Nulle part qu’en haut désir. Au menu : la littérature. Celle qu’il crée, remet en question, enseigne et adore depuis toujours.