Le spectacle des Foo Fighters, qui aura lieu lundi, est celui qui suscite le plus d’engouement si l’on se fie au «baromètre» du site de partage de laissez-passer Shareapass.

Les Foo Fighters les plus en demande, selon Shareapass

Sans grande surprise, les Foo Fighters ainsi que Neil Young, The Weeknd et Shawn Mendes sont les artistes les plus en demande cette année au Festival d’été de Québec selon le «baromètre» du site de partage de laissez-passer Shareapass.

«Cette année, ce sont clairement les Foo Fighters qui sont les vedettes. Ce sont eux pour lesquels les prix demandés sont les plus élevés et ils sont aussi parmi ceux pour lesquels le moins de laissez-passer (38) sont disponibles pour partage. Ça signifie que les détenteurs ont l’intention d’y aller», explique au Soleil Jonathan Parent, fondateur de Shareapass, au sujet du retour attendu du groupe de Dave Grohl dont le spectacle avait été stoppé après quatre chansons en 2015 en raison d’un orage.

À quelques heures du coup d’envoi du 51e Festival d’été, seulement 35 laissez-passer étaient disponibles pour le spectacle de The Weeknd jeudi soir. L’artiste torontois suscite lui aussi l’engouement après un rendez-vous manqué avec la capitale en mai 2017. Le chanteur avait alors annulé à la toute dernière minute son spectacle au Centre Vidéotron en raison d’un prétendu empoisonnement alimentaire alors que c’est plutôt la faiblesse des ventes qui était en cause.

Parmi les autres artistes du Festival d’été de Québec pour lesquels on ne trouve pas des tonnes de laissez-passer sur Shareapass, on en dénombre 36 pour le spectacle de Neil Young vendredi, 32 pour la prestation de Shawn Mendes dimanche et 36 pour celle du Dave Matthews Band, qui clôturera le Festival le 15 juillet.

Moins populaires

De l’autre côté du spectre, plusieurs festivaliers semblent pressés de se débarrasser de leurs laissez-passer pour la soirée hip-hop de samedi avec Lil Yachty et Future alors que 85 sésames étaient en vente sur Shareapass pour seulement 40 $ par personne. L’hommage à Luc Plamondon et la carte blanche à Patrice Michaud ne semblent pas soulever les passions non plus puisque 87 personnes ont mis leur laissez-passer en «location» mardi. Et malgré plus de 10 millions d’albums vendus, le chanteur Beck voit aussi 76 festivaliers préférer passer leur tour et partager leur laissez-passer le soir du 12 juillet.

«C’est un peu normal, quelqu’un qui trippe Foo Fighters n’ira pas nécessairement voir Patrice Michaud. Quant à un gars comme Neil Young, il attire une génération qui a toujours été présente au Festival d’été. Avec l’intérêt pour Shawn Mendes, qui se produit le même soir que Camila Cabello, et The Weeknd, on remarque aussi que les jeunes sont au rendez-vous», poursuit Jonathan Parent.

L’homme d’affaires note que son entreprise a connu un départ canon cette année pour son quatrième Festival d’été. «Une semaine avant le festival, on enregistrait une hausse de 40 % sur les chiffres de l’an dernier», explique-t-il. L’entreprise a effectué 1863 partages impliquant 3726 festivaliers en 2017, un record. 

Toujours pertinent

Avec les changements à l’administration du Festival d’été de Québec, Shareapass a une fois de plus tenté un rapprochement avec l’événement, mais sans succès. «Comme c’est une année d’intérim après le départ du directeur général Daniel Gélinas, nous leur avons écrit un courrier électronique pour tâter le terrain. Cependant, la décision a été la même, ils ne souhaitent pas qu’on collabore avec eux», explique Jonathan Parent.

Malgré tout, le fondateur de Shareapass considère que le partage de laissez-passer est toujours aussi pertinent au Festival d’été compte tenu de la demande accrue pour les services de son entreprise. «C’est évident que c’est un produit qui cadre bien avec le Festival. C’est pour ça que nous mettons beaucoup d’énergie là-dessus cette année et que nous ne ciblons pas vraiment d’autres événements», explique celui qui avait tenté sa chance sans succès avec le Ottawa Blues Fest l’an dernier.

«On a des pourparlers avec d’autres événements, mais on est moins agressifs. On laisse le temps passer. Il ne faut pas oublier qu’il y a quelques années, quand on parlait de partage, on était amalgamés à des entreprises comme Uber et Airbnb et on avait une aura de méchante entreprise qui veut «challenger» les modèles d’affaires déjà établis. Pourtant, je continue de penser qu’on ne nuit pas au Festival. Bien au contraire, plusieurs de nos clients n’achèteraient tout simplement pas de laissez-passer s’ils n’avaient pas la possibilité de le partager», conclut-il.