Le Festif! de Baie-Saint-Paul a tenté fort d’animer tant bien que mal l’été musical, mais les mesures sanitaires ont eu raison des projets des organisateurs. Sur la photo, Alaclair Ensemble au Festif! en 2017.
Le Festif! de Baie-Saint-Paul a tenté fort d’animer tant bien que mal l’été musical, mais les mesures sanitaires ont eu raison des projets des organisateurs. Sur la photo, Alaclair Ensemble au Festif! en 2017.

Les festivals retournent à la planche à dessin

Guillaume Mazoyer
Guillaume Mazoyer
Le Soleil
Avec les dernières directives du gouvernement qui augmentent les rassemblements autorisés à 250 personnes, les organisateurs des festivals peuvent retourner à la planche à dessin pour préparer leurs prochaines activités. Le Festif! de Baie-Saint-Paul réfléchit déjà à bonifier son offre d’expériences d’écoutes grâce à une subvention de la SODEC, et le festival d’humour ComédiHa, dont l’édition 2020 est annulée, relance les tournages de ses spectacles de stand-up.

Le Festif! de Baie-Saint-Paul a tenté fort d’animer tant bien que mal l’été musical, mais les mesures sanitaires ont eu raison des projets des organisateurs, forçant l’annulation de La petite affaire, un événement qui devait rassembler en version intimiste une cinquantaine de spectateurs et des artistes comme les Trois Accords et les Cowboys Fringants.

Après cette annulation, l’équipe organisatrice du Festif! s’est fendu sur Facebook d’un message traduisant son impuissance: «On vous annonce que l’équipe du Festif! est brûlée tight et mérite de manger de la crème glacée les pieds dans l’eau pour quelques temps.»

Or, depuis le 5 août, la Santé publique autorise les festivals et rassemblements extérieurs à reprendre leurs activités, avec une limite de 250 personnes. Le contrôle des entrées et sorties est obligatoire. «Nous sommes heureux des décisions de la Santé publique et ça va nous permettre de repartir notre machine», indique le fondateur du Festif!, Clément Turgeon.

Déjà, le festival a une panoplie de projets prévus pour l’automne. Dans un premier temps, les organisateurs comptent mettre en route le programme scolaire Le Festif à l’école, qui permet aux étudiants de faire venir des artistes connus dans leur établissement. Pour les artistes émergents, il y a le concours musical Cabaret festif de la relève. «Nous avons aussi reçu une subvention de 120 000 $ de la Société de Développement des Entreprises Culturelles [SODEC] pour réaliser des initiatives innovantes, indique Clément Turgeon. Nous allons donc bonifier notre projet d’expérience d’écoute visant à faire écouter de nouveaux disques exclusifs en primeur dans des lieux enchanteurs de Charlevoix.»

Du côté de ComédiHa, le festival de comédie qui se tient dans la capitale depuis plus de 20 ans, l’édition 2020 est définitivement annulée. Mais les espoirs se tournent maintenant vers 2021 et la directive du gouvernement du Québec vient conforter l’équipe. «Notre événement est sous la forme de festival-boutique, dans des petites salles, explique la directrice des affaires publiques et des communications de ComédiHa, Jolyane Pronovost. Nous risquons de pouvoir aller de l’avant pour l’année prochaine.»

Entre temps, les tournages du ComédiHa Club, un spectacle d’humour télévisé, et le One Mini Show, une vitrine pour les humoristes émergents, pourront reprendre dès la semaine prochaine. Les tournages s’échelonneront jusqu’au 21 août devant public. «C’est une bonne nouvelle de la part du gouvernement du Québec, poursuit Mme Pronovost. Cela veut aussi dire que l’importance du milieu culturel est reconnue tout comme son rôle au sein de l’économie du Québec.»