Ginette Guay, disparue le 9 novembre, à l'âge de 63 ans.
Ginette Guay, disparue le 9 novembre, à l'âge de 63 ans.

Les disparus de 2019: théâtre et danse

Tout comme en 2018, 2019 a été marquée par la perte de plusieurs grands noms de la colonie artistique. Voici quelques-uns de ceux à qui nous avons dit au revoir au cours des derniers mois, mais qui resteront bien vivants à travers leurs œuvres.

Jean Barbeau (74 ans, 29 août)

Natif de Saint-Romuald et ancien étudiant de l’Université Laval, ce dramaturge a connu ses années de gloire, dans les années 70 et 80, avec des pièces satiriques où le joual québécois était à l’honneur. Manon Lastcall, Goglu, Ben-Ur et Les Gars figurent parmi ses œuvres les plus connues.

Jean Barbeau (à gauche) et Marcel Dubé

Ginette Guay (63 ans, 9 novembre)

L’ex-graduée du Conservatoire d’art dramatique de Québec, cet artiste multidisciplinaire a contribué à la fondation du théâtre La Bordée. Sur les planches, on a pu la voir dans Eva et Éveline, de Marie Laberge, et Les trois sœurs, de Wajdi Mouawad.

Chantal Bellehumeur (70 ans, 10 janvier)

Figure marquante de la danse au Québec pendant une soixantaine d’années, Chantal Bellehumeur a assuré la direction artistique de Danse Partout de 1976 à 1986. L’actuelle École de danse de Québec — fruit de la fusion de l’École Danse Partout et d’Acadanse — a été l’une de ses contributions majeures à ce domaine artistique de la capitale. Elle a été membre des Grands ballets de 1964 à 1968. Le public a pu la découvrir dans plusieurs émissions de Radio-Canada, en qualité de soliste.