Yves Préfontaine

Les disparus de 2019: littérature

Tout comme en 2018, 2019 a été marquée par la perte de plusieurs grands noms de la colonie artistique. Voici quelques-uns de ceux à qui nous avons dit au revoir au cours des derniers mois, mais qui resteront bien vivants à travers leurs œuvres.

Yves Préfontaine (31 mars, 82 ans)

Poète engagé, Yves Préfontaine a laissé derrière lui une œuvre foisonnante. En plus d’avoir été l’un des fondateurs du Rassemblement pour l’indépendance nationale (RIN), il a aussi confondé deux revues, Le Québec Libre et Situations, en plus d’être rédacteur en chef de Libertés durant deux ans, en 1961 et 1962. Son recueil Pays sans parole lui a valu le prix Jean-Hamelin en 1968, alors que Parole tenue : poèmes 1954-1985 lui a mérité le Prix Québec-Paris en 1990. Il a aussi animé plusieurs émissions en lien avec le jazz à Radio-Canada.

François Weyergans (27 mai, 77 ans)

Le franco-belge François Weyergans, membre de l’Académie française, est décédé au mois de mai, laissant derrière lui une œuvre largement primée. Se décrivant lui-même comme un «clown à message», il est notamment l’auteur de La démence du boxeur (Renaudot en 1992), Je suis écrivain (1989) et Trois jours chez ma mère, qui lui a permis de remporter le Goncourt en 2005 devant Michel Houellebecq. On lui doit aussi plusieurs longs-métrages, dont Un film sur quelqu’un (1972).

Jean Royer

Jean Royer (4 juillet, 81 ans)

Le milieu des lettres québécoises a perdu une figure majeure, au début du mois de juillet. Le poète, essayiste et journaliste Jean Royer est décédé à 81 ans, des suites d’une longue maladie. Ancien journaliste du Soleil et longtemps directeur des pages culturelles du Devoir, il a aussi été à la tête des Éditions de l’Hexagone de 1991 à 1998. Membre du comité organisateur de la première Nuit de la poésie en 1970, on lui doit une vingtaine de recueils de poésie, ainsi que des essais et des anthologies sur la poésie québécoise. L’une de ses œuvres, L’autre parole, est parue à titre posthume cet automne.

Toni Morrison (5 août, 88 ans)

Première femme afro-américaine à obtenir un Nobel de la littérature, en 1993, Toni Morrison a laissé ses lecteurs dans le deuil au mois d’août. Elle a exploré dans son œuvre l’histoire et l’identité noire aux États-Unis, dès L’œil le plus bleu, son premier roman paru en 1970. En 1988, elle a remporté un Pulitzer avec Beloved. En plus de ses onze romans, elle a aussi publié plusieurs essais, livres pour enfants, nouvelles et pièces de théâtre. Elle a aussi mené une carrière d’enseignante en littérature à l’Université de Princeton.

Sans oublier...

Thierry Séchan, 9 janvier, 69 ans

Éric Holder, 26 janvier, 59 ans

Diane-Ischa Ross, 25 février , 71 ans

Jean-Louis Marlier, 28 février, 55 ans

Yves Préfontaine, 31 mars, 82 ans

Warren Adler, 15 avril, 91 ans

Judith Kerr, 22 mai, 95 ans

Michel Serres, 1er juin, 88 ans

Gérald Tougas, 1er octobre, 86 ans