Joe Fafard
Joe Fafard

Les disparus de 2019: arts visuels

Tout comme en 2018, 2019 a été marquée par la perte de plusieurs grands noms de la colonie artistique. Voici quelques-uns de ceux à qui nous avons dit au revoir au cours des derniers mois, mais qui resteront bien vivants à travers leurs œuvres.

Joe Fafard  (76 ans, 16 mars)

Le sculpteur fransaskois rendait hommage au monde agricole avec des portraits sculptés d’artistes, d’écrivains, de théoriciens, d’étrangers ou d’amis. Inspirées du monde animal, voire de d’autres artistes comme Cézanne, ses sculptures portent une force et une dignité sereine. Il a créé les huit chevaux d’acier qui courent aux abords du fleuve, près du Cap Diamant (un cadeau de la ville de Calgary pour le 400e de Québec), et plusieurs de ses œuvres ont été présentées au Musée de la civilisation en 2012. Il a reçu l’Ordre du Canada en 1981.

Louis Belzile (89 ans, 12 février)

Né à Rimouski, Louis Belzile fut l’un des fondateurs du mouvement plasticien avec Jauran, Jean-Paul Jérôme et Fernard Toupin, dans les années 50. Épurant les couleurs et les formes, ce groupe de peintres réagissait aux valeurs spontanées de l’automatisme et ouvrait un nouveau chapitre de l’histoire de l’art québécois. Le Musée du Bas-Saint-Laurent à Rivière-du-Loup lui a consacré une exposition rétrospective en 1996.

Sans oublier...

Claude Lalanne (sculptrice française), 93 ans, 10 avril

Panamarenko (Henri Van Herwegen, artiste belge), 79 ans, 14 décembre