Les coups de cœur de Geneviève Bouchard

Frank Turner

Si Frank Turner n’a pas fait le plein de fans à Québec le 9 juillet dernier sur les plaines d’Abraham, on se demande ce que ça prend pour que le public de la capitale craque pour un artiste. Accompagné de ses Sleeping Souls, le Britannique ultra sympathique a assuré la toute première partie de la soirée des Foo Fighters au Festival d’été. Alors que le soleil brillait toujours, il est pratiquement allé chercher les festivaliers un par un avec son mélange parfait de folk, de punk… Et de classe! De quoi donner envie de se replonger dans la discographie (son dernier né, Be More Kind, est arrivé en mai) de ce musicien aux racines hardcore et à la poésie porteuse. Il est attendu à Montréal en septembre. À quand un retour sur scène chez nous?

Frank Turner, lors de son passage sur les plaines d'Abraham le 9 juillet

***

Émile Proulx-Cloutier

Gageons que de nombreux téléspectateurs ont été conquis par l’écriture et la verve de l’auteur-compositeur-interprète Émile Proulx-Cloutier lors de son récent passage à l’émission Les échangistes. La livraison de son puissant slam féministe Force océane est vite devenue virale, dépassant le million de visionnements en ligne. On ne peut que s’en réjouir: celui qu’on a d’abord connu comme comédien est doté d’une des plumes les plus belles, sensibles, imagées et agiles de la scène québécoise. À découvrir ou à savourer sans retenue sur les albums Aimer les monstres et Marée haute. En passant, le spectacle vaut aussi le détour: il sera notamment de passage à Lévis, Montmagny et Rimouski cet automne. 

Émile Proulx-Cloutier, lors de son passage au Grand Théâtre en avril dernier

***

Darlène de Noémie D. Leclerc

On parle tellement ces temps-ci de l’album Darlène d’Hubert Lenoir qu’on en oublie presque que ces chansons font partie d’un projet multidisciplinaire qui comprenait aussi un roman signé par sa copine, Noémie D. Leclerc. Les deux œuvres portent le même titre, ont été lancées simultanément et si elles peuvent vivre indépendamment l’une de l’autre, elles se répondent indéniablement. Truffé de références au quartier Montmorency (les locaux se reconnaîtront!), Darlène raconte la rencontre fulgurante entre une fille errant entre l’adolescence et l’âge adulte et un garçon résolu à en finir en se jetant dans la célèbre chute. Il se dégage dans ce premier ouvrage — pour lequel la jeune auteure a reçu les conseils de François Blais — un sens aiguisé de l’image et du dialogue: certains passages se déclinent d’ailleurs comme un texte de théâtre. 

Le roman «Darlène», de Noémie D. Leclerc

***

The Amazing Race Canada

Ça pourrait entrer dans la catégorie des plaisirs coupables, mais assumons. Je ne suis pas une grande consommatrice de télévision et encore moins de téléréalité. Mais j’aime les émissions de course autour du monde. Et même si la version canadienne de The Amazing Race n’a pas l’ampleur de la production originale (ni l’exotisme de Pékin Express, qui a mis la barre haute dans ce type de proposition), c’est un rendez-vous télévisuel que je retrouve avec plaisir chaque année. Animée par l’ancien athlète de skeleton Jon Montgomery et diffusée à CTV, la course s’était terminée à Québec, l’an dernier. Oui, j’en conviens, les commanditaires sont BEAUCOUP trop présents, notamment dans les épreuves imposées aux équipes. Mais la compétition est enlevante et je me laisse quand même prendre au jeu.