Les coups de coeur d'Olivier Bossé

S'enfuir : récit d'un otage
Cadeau de mon amoureuse, faut croire qu'elle me connaît bien. J'ai été happé, moi qui ne cultive pourtant pas d'intérêt particulier pour la BD. J'avais aimé Paul à Québec de Michel Rabagliati, mais ici, on est ailleurs. En Tchétchénie. Avec un Français enlevé en 1997, histoire vraie dessinée par le Québécois Guy Delisle. Soyez averti, il ne se passe rien ou presque au long de ces 400 et quelques pages. Et c'est là toute la force du récit! Économie d'actions, de mots, de traits. Dépouillement forcé : le gars est séquestré dans une pièce avec un matelas, un calorifère et les menottes qui l'y retiennent 23 heures sur 24. Seul. À jongler avec ses pensées. Et le lecteur avec les siennes. Il ne se passe tellement rien que ça fait mal. Comme lui, on veut juste finir par sortir.
Le grand cahier
Sur ce coup-là, j'ai demandé à la libraire. Ignare, j'ai d'abord cru qu'Agota Kristof, l'auteure, était un pseudonyme rigolo en lien avec Agatha Christie. Pas pantoute. Et les morts de la première sont beaucoup plus sales et effrayants que ceux de la seconde. L'horreur de la guerre et de l'occupation vues par les yeux de mignons jumeaux élevés par leur vilaine grand-mère. Mais les deux garçons n'ont d'angélique que la frimousse et mènent leur propre guerre, à leur façon, pour leur survie. La façon de raconter au nous, les chapitres courts et sans détour, dans un faux langage enfantin parfois comique qui révèle un visage laid de l'humanité. Sans oublier la fin, géniale, qui fouette le lecteur à poursuivre la trilogie des jumeaux avec La preuve et Le troisième mensonge.
Microphone
J'avais peur que ce soit juste des tounes qu'on aime reprises à la sauce Louis-Jean Cormier avec l'assentiment de l'auteur venu se faire dire comment sa chanson est fantastique. Mais c'est beaucoup plus. Des rencontres surprenantes. Et le processus de travail qui en découle, du studio de répétition à la scène de l'Olympia, pour redonner un nouveau son à des pièces connues. Le Qui sait? de Daniel Lavoie avec Patrice Michaud et Fanny Bloom était fameux. Fallait aussi voir la face de Cormier quand Vincent Vallières lui a fait croire ne pas apprécier la version proposée. Ménage à trois musical avec Yann Perreau, Marjo et Alex Nevsky? C'est chaud! Un seul des quatre épisodes annoncés n'a pas encore été diffusé, les trois autres sont accessibles en ligne.
Agnus Dei
Ça reste encore très bon après quatre ans d'écoute. Le projet rock garage de Fred Fortin s'est affiné sans devenir sérieux (les paroles) ni léger (la musique), sur ce plus récent album du groupe Gros Mené. Ça sonne brut, ça sonne fort, ça sonne beaucoup. J'garde le fort et St-Prime portent des rythmiques d'enfer avec un savoureux mariage entre grosses guitares lourdes et petites percussions légères. La six cordes magnétique d'Olivier Langevin est toujours au front et on sent un penchant Galaxie moins l'électro, autre band mené par Langevin et auquel Fortin participe. Galerie de personnages drôles ou bizarres ou les deux à la fois, sans oublier la déprime de ne pas avoir pris Ovechkin dans mon pool. Gros Mené frappe fort dans les coins, mais bûche moins.