Les coups de coeur d'Isabelle Mathieu

    
The Very Best of Crowded House
Festivalière nonchalante, je suis restée au frais en juillet dernier au lieu d'aller entendre Neil Finn, chanteur du populaire groupe australien Crowded House, en préambule de Duran Duran. Amers regrets. Pour me consoler, l'adorable mari m'a offert pour Noël The Very Best of Crowded House, album-compilation paru en 2010 qui compte 19 chansons. Tous les grands succès du sympathique quatuor y sont, de Don't Dream It's Over à Something So Strong en pensant par Distant Sun et Better Be Home Soon. Bien sûr, on est dans la nostalgie, cet album sans prétention nous replongeant au coeur des années 1985-1995, décennie phare pour le groupe. Mais à mes oreilles, Crowded House garde un pétillant, un optimisme intemporel qui me réchauffe à tous les coups.
Designated Survivor
Kiefer Sutherland
Je m'ennuyais de Jack Bauer. Designated Survivor, thriller politique du réalisateur David Guggenheim (24, NYPD Blue, ER, Deadwood), nous offre des retrouvailles réjouissantes avec Kiefer Sutherland. L'acteur incarne Tom Kirkman, obscur secrétaire au Logement et au Développement urbain, seul élu du gouvernement américain qui échappe à un attentat au Capitole et devient, en tant que «survivant désigné», le président des États-Unis. Le rythme est prenant, l'humour acide et la performance de Sutherland franchement impressionnante. On croit à son Kirkman intello, hésitant, déchiré entre ses valeurs et la joute politique. La première saison a été diffusée tout l'automne à CTV. Je l'ai rattrapée grâce à iTunes. La deuxième saison commencera en mars.
Le procès des cinq
Le 1er février 1971, s'ouvrait au palais de justice de Montréal ce qui a été appelé le procès des Cinq. Le syndicaliste Michel Chartrand, l'idéologue Charles Gagnon, les journalistes Pierre Vallières et Jacques Larue-Langlois ainsi que l'avocat Robert Lemieux, tous d'ardents tribuns, sont accusés d'avoir «fait partie d'une conspiration séditieuse visant à un changement dans la province de Québec», dans la foulée de la crise d'Octobre. Suivant la suggestion d'un collègue journaliste judiciaire, j'ai parcouru avec bonheur la petite plaquette de 139 pages, parue en 2010 chez Lux Éditeur, qui rassemble des extraits des notes sténographiques du procès. Pour un plongeon dans l'histoire avec en prime, des citations savoureuses de Michel Chartrand, qui traitait notamment le juge de «pouilleux» et «d'infect personnage».
Boutique du CMAQ
Je l'avoue, les grands salons de métiers d'art me rendent légèrement agoraphobe. J'y fais un rapide tour puis ressors, épuisée. Ce qu'il me faut, c'est un petit cocon comme la boutique du Conseil des métiers d'art du Québec à place Royale, adossée à la grande murale. Les touristes y déambulent tranquillement. Les locaux cherchent une idée de génie pour faire plaisir. La grande pièce de l'avant, moderne et lumineuse, m'attire avec de magnifiques lampes en étain, d'adorables veilleuses, des coussins-animaux, des bijoux aux allures de mini-sculptures. Ne manquez pas l'alcôve à l'arrière, toute en murs de brique et immenses poutres de bois; des gravures et des estampes vous y attendent, entre autres.