Les coups de coeur de Normand Provencher

Homo deus

Quel plaisir que se plonger à nouveau dans un pavé de Yuval Noah Harari, dont le premier bouquin, Sapiens – Une brève histoire de l’humanité, caracole en tête des best-sellers depuis un an. La suite, Homo deus – Une brève histoire de l’avenir, est toute aussi passionnante. 

Cette fois, le brillant enseignant au département d’histoire de l’université hébraïque de Jérusalem s’intéresse aux impacts de l’intelligence artificielle, des algorithmes et des avancées de la médecine. «Au XXIe siècle, l’humanité est susceptible de viser l’immortalité, la félicité et la divinité», écrit Harari. Une lecture qui donne le vertige, mais indispensable afin de comprendre à quel point les nouvelles technologies bouleverseront le monde de demain.

***

Ça (It)

L’Halloween a beau être chose du passé, rien n’empêche de continuer à se conter des peurs. Je ne suis pas un grand fan de films d’horreur, mais difficile de passer à côté de l’adaptation d’un des romans les plus populaires de Stephen King. L’histoire d’un groupe de gamins d’un petit bled du Maine, confronté à un terrifiant clown qui émerge des égouts tous les 27 ans, offre de quoi en satisfaire plus d’un, à part les coulrophobes... La réalisation de Tommy Lee Wallace est impeccable, tout comme le jeu des jeunes comédiens. On pense beaucoup à Stand by Me, autre oeuvre phare de King, et aussi à la populaire série de Netflix, Stranger Things, qui joue dans le même registre des années 80. Parlez-moi de ça un film d’horreur amusant et même attendrissant...

***

Appelez mon agent

Fans de cinéma français, cette série télé sur les coulisses d’une agence parisienne de comédiens est un pur délice. Écrites par l’influent agent Dominique Besnehard et diffusées sur France 2 sous le titre Dix pour cent — clin d’œil au pourcentage du cachet qu’une vedette verse à son agent — les six émissions de la première saison ont été présentées l’an dernier sur ICI ARTV. La suite est attendue le 30 novembre sur la même chaîne. On a hâte de retrouver les personnages d’Andréa (Camille Cottin, notre préférée), Mathias, Gabriel, Arlette et consorts, plongés dans des imbroglios pas possibles, entre petites vacheries et élans d’amitié. Des stars du cinéma français — à venir, les Adjani, Binoche et Luchini — jouent la carte de l’autodérision pour notre plus grand bonheur.

***

This is Us

C’est sur Netflix que je viens de découvrir cette touchante série télé, diffusée pour la première fois l’an dernier sur NBC et CTV. La première saison compte 18 épisodes, mais autant vous prévenir, après avoir goûté au premier, vous ne voudrez plus arrêter. Dan Fogelman, le scénariste de Crazy, Stupid, Love, touche des cordes sensibles avec cette histoire de triplés (dont l’un, adopté, est Noir) qui, rendus au mitan de la trentaine, apprennent à faire la paix avec leur passé et à surmonter leurs difficultés. Les va-et-vient entre les années 80 et aujourd’hui ajoutent à l’originalité du récit. De la télé de grande qualité qui démontre que les meilleures recettes restent toujours les plus simples. La version française est attendue l’hiver prochain à Radio-Canada.