Les coups de coeur de Nicolas Houle

Bros, Vol. 1
Signe que le CD agonise, le premier album de Bros n'est disponible que sous forme de disque vinyle et de téléchargement MP3. C'est loin d'être un mal, puisque ce projet des frères des Sheepdogs, Ewan et Shamus Currie, baigne dans une atmosphère rétro. Il n'y a pas une semaine qui se soit écoulée depuis la parution de Vol. 1, en octobre, sans que je sois retourné faire tourner ces 30 minutes délicieusement anachroniques. On savait déjà que les frérots canadiens aimaient le rock des années 60 et 70, or, ici, ils étendent leur terrain de jeu à la power pop, au funk, à la soul et même à la bossa, en plus de parfois s'offrir des titres instrumentaux. C'est terriblement bien enregistré et le vinyle, gravé avec soin, fait de cette aventure un pur bonheur.
Different Every Time, The authorised biography of Robert Wyatt
Personnage fascinant s'il en est, Robert Wyatt a fondé The Soft Machine à la fin des années 60, puis Matching Mole, avant de se lancer dans une carrière solo sans compromis. Marcus O'Dair dresse un portrait minutieux du chanteur et musicien, avec le propre intéressé, contradictions comprises, mais aussi avec ses proches et ses collaborateurs. On n'oublie rien : sa jeunesse, où la maison hébergeait des pensionnaires, lui permettant de côtoyer très tôt Daevid Allen, son départ des Softs, encore douloureux aujourd'hui, sa terrible chute d'un quatrième étage, qui l'a laissé paralysé des pieds à la taille, son engagement politique, son souci de renouvellement... Bien écrit, bien documenté.
Death In Paradise
Bien qu'elle ne révolutionne rien, Death in Paradise fait partie des trois émissions télé les plus populaires en Grande-Bretagne. Il faut dire qu'il s'agit de la détente parfaite : cette production franco-britannique offre des 60 minutes de casse-tête à résoudre pimentés d'un irrésistible humour. Un détective anglais est dépêché dans une île des Caraïbes pour enquêter sur un crime. Il sera si doué qu'il devra y demeurer malgré lui, avec son costume british et ses habitudes de vieux garçon râleur. Chaque épisode abrite une énigme, ce qui n'empêche pas, en toile de fond, l'évolution des sympathiques personnages. Quant aux magnifiques images de la Guadeloupe, où c'est filmé, elles vous donneront envie d'aller visiter l'île...
L'arrivée de Denis Villeneuve
Le temps que j'ai à consacrer à une sortie au cinéma semble raccourcir chaque année, bien malgré moi. Je n'ai donc pas tellement envie de me tromper quand j'ai la chance d'y aller et, justement, avec L'arrivée (Arrival), de Denis Villeneuve, j'ai été comblé. Tout y est méticuleusement proposé, de la structure même du film à la musique aux couleurs et même au générique. L'histoire? Douze vaisseaux spatiaux s'installent un peu partout autour du globe. Quelles sont leurs intentions? Une équipe d'experts, dont la linguiste Louise Banks (Amy Adams), est formée pour entrer en communication avec les entités. Un long métrage qui démontre à quel point la bonne science-fiction est à des lieues des clichés quétaines du genre.