Les coups de coeur de Guillaume Piedboeuf

Tokyo Vice - Jake Adelstein
Premier journaliste non japonais à avoir été engagé par le Yomiuri Shinbun, quotidien avec le plus grand tirage au monde, l'Américain Jake Adelstein raconte dans ce premier roman la décennie qu'il a passé à manoeuvrer entre la police japonaise et les yakuzas, nom donné aux gangsters nippons. En ressort une oeuvre qui se lit comme un roman policier immergeant le lecteur dans l'étrange et le dépravé du Japon des années 90 et début 2000. Entre meurtres, trafic d'être humain et infiltration dans le crime organisé, Adelstein, originaire du Missouri, relate avec autodérision ses difficultés à se fondre dans les moeurs et la culture japonaise.  Le journaliste en moi a bien sûr été accroché, mais le récit autobiographique s'adresse à un public de tous horizons.
***
Revisionist History - Malcolm Gladwell
Journaliste devenu auteur à succès, le Canadien Malcolm Gladwell a finalement décidé de lancer son propre podcast, l'été dernier. Fascinant à écouter parler de tous les sujets, Gladwell débute chaque épisode de Revisionist History avec un fait historique, puis nous le raconte sous une perspective différente, faisant souvent ressortir un trait particulier de la psychologie humaine. L'écoute est facile, c'est de l'apprentissage divertissant. L'épisode où il déboulonne le scandale de 2014 des voitures Toyota refusant de freiner vaut à lui seul le détour. Et comme les podcasts sont rarement à l'honneur dans cette section, je me permets une autre recommandation. Pour ceux qui ont aimé la série Making a Murderer sur Netflix, faites-vous le plaisir d'écouter la saison 1 de l'hypnotisant podcast Serial.
***
Les fantômes de la Sierra Maestra - Paul Ohl
Parue à la fin de 2014, la brique de plus de 700 pages de Paul Ohl sur la révolution cubaine mérite encore plus d'être lue quelques mois après la mort de Fidel Castro. Fruit de plusieurs années de recherches, le roman raconte l'histoire plus grande que nature de la révolution, tissant habilement les faits historiques avec des dialogues imaginés entre Fidel, ses adversaires et ses acolytes, dont Che Guevara. S'ajoute à cela un Ernest Hemingway bourru coulant ses vieux jours à La Havane et sympathisant avec les forces révolutionnaires. Même Jean-Paul Sartre vient faire son tour sur l'île. Du bonbon. L'idée ici n'est pas de faire l'apologie ou le procès de Fidel Castro comme leadeur cubain, simplement de revenir sur son absolument invraisemblable prise de pouvoir.
***
Sorry Eyes - Aliocha
Je suis tombé récemment sur le premier EP du Franco-Québécois Aliocha, paru à l'automne sous l'étiquette d'Audiogram. Tant mieux, parce que je trouve que c'est de la musique de printemps, et ce dernier semble s'être invité en avance cette année. Protégé de Jean Leloup, l'auteur-compositeur-interprète emprunte des sonorités tantôt à Bob Dylan, sur Sarah, tantôt aux Arctic Monkeys, sur la chanson éponyme Sorry Eyes. Dans l'ensemble, un doux premier EP mi-folk, mi-indie rock pour Aliocha Schneider, qui cumule en parallèle une dizaine d'années de carrière comme acteur à tout juste 23 ans. Et surprise, si vous voulez vous faire votre propre idée, Aliocha sera en première partie de Charlotte Cardin, à l'Impérial, le 10 mars. Son premier album est prévu pour juin.