Le directeur du TIFF, Piers Handling

Le TIFF insistera sur sa politique de «tolérance zéro» pour le harcèlement

TORONTO — Le Festival international du film de Toronto (TIFF) prendra son envol, jeudi, dans un paysage complètement différent, auquel les organisateurs se sont adaptés avec quelques nouveautés qui s'ajouteront au mélange habituel de paillettes et de glamour.

Avec des initiatives telles que la campagne «Share Her Journey», une nouvelle ligne d'aide et l'accent mis sur son code de conduite, le TIFF indique clairement qu'il est un événement inclusif et sécuritaire, après la vague d'allégations d'inconduite sexuelle rendues publiques depuis le scandale Harvey Weinstein, l'automne dernier.

Le directeur artistique du TIFF, Cameron Bailey, a expliqué que les organisateurs veillaient à ce que tous ceux qui participent au festival comprennent que le harcèlement et les agressions ne seront pas tolérés et auront des répercussions.

Le directeur et chef de la direction Piers Handling a indiqué que toute personne qui enfreindra ces règles ne pourra plus retourner au festival.

Il s'agira du premier TIFF depuis l'éclatement du scandale Weinstein, en octobre dernier, qui a entraîné un flot continu d'allégations impliquant de nombreux autres membres de l'industrie et la création des mouvements #MeToo [#moiaussi] et Time's Up pour mettre fin aux inconduites.

Harvey Weinstein a joué un rôle important dans le passé au TIFF, où il a présenté en première mondiale des films qui ont ensuite fait belle figure aux Oscars, notamment «The King's Speech» [«Le discours du roi»], «The Imitation Game» [«Le jeu de l'imitation»] et «Lion».

Deux accusations d'inconduite portées contre lui par les actrices Mira Sorvino et la Montréalaise Erika Rosenbaum concernent des événements qui auraient eu lieu dans des chambres d'hôtel de Toronto au cours d'éditions précédentes du TIFF.

Signalisation sur les sites du festival

Le TIFF a toujours eu une politique de tolérance zéro pour le harcèlement et un code de conduite, mais cette année, ces éléments seront plus visibles grâce à la signalisation autour du festival, explique M. Handling. Tous les délégués doivent également accepter le code de conduite dans leur formulaire d'accréditation, et le dossier de presse inclut un rappel.

«Pour la première fois, nous avons une ligne d'aide, donc si quelqu'un a le sentiment d'avoir été harcelé et ne pense pas pouvoir nous contacter, il peut s'adresser à un tiers», ajoute-t-il.

La ligne d'aide — 1-833-265-9835 — permet de signaler en toute confidentialité des actes répréhensibles ou des comportements contraires à l'éthique.

Le plus grand symbole de solidarité au festival, cette année, aura peut-être lieu samedi avec le rassemblement «Share Her Journey», un engagement de cinq ans pour soutenir les femmes dans l'industrie.

Stacy L. Smith, fondatrice et directrice de l'USC Annenberg Inclusion Initiative, Geena Davis, actrice oscarisée, et Mia Kirshner, cofondatrice du mouvement #AfterMeToo, participeront à l'événement.