Pink a accepté de se prêter à une aventure technologique particulière, qui permettra à des amateurs d'avoir l'impression d'être à ses côtés sur la scène des Plaines.

Le spectacle de Pink en réalité virtuelle

Une portion du spectacle qu'offrira Pink sur les plaines d'Abraham, samedi, pourra être vu en réalité virtuelle, en temps réel. L'artiste a en effet accepté de se prêter à une aventure technologique particulière, qui permettra à des amateurs d'avoir l'impression d'être sur scène, à ses côtés.
Cette initiative de Bell met à contribution la technologie développée par la firme montréalaise arnoovo. Une caméra comptant huit lentilles captera tous les angles, sur scène, et huit micro retransmettront le son ambiant. Une bulle sera ainsi créée pour faire vivre l'expérience aux amateurs comme s'ils étaient sur les planches.
Sébastien Ebacher, président et directeur créatif chez arnoovo, montre la caméra comptant huit lentilles qui captera tous les angles sur scène.
«C'est comme si on était [à côté de Pink], c'est en stéréoscopie, on aura cette impression de présence et, étant donné que la réalité virtuelle et l'immersion sont à l'échelle humaine, on a les bonnes proportions: on va sentir Pink dans toute sa grandeur», explique Sébastien Ebacher, président et directeur créatif chez arnoovo.
Des stations, avec l'équipement nécessaire, seront installées au Coeur du FEQ, au Festival de jazz de Montréal, ainsi qu'au Stampede de Calgary, dans des kiosques Bell, mais les amateurs qui ont un téléphone Samsung Galaxy compatible, de même que le casque Samsung Gear VR pourront vivre cette aventure chez eux en visitant le feq.arnoovo.com
Ce n'est pas l'ensemble du spectacle qui sera diffusé: pour l'instant, il est prévu que les trois premières chansons seront disponibles. Des tests auront lieu avec l'artiste samedi, afin de s'assurer du bon fonctionnement de cette technologie.
***
50 000 bracelets lumineux distribués
Les 50 000 premiers spectateurs à se présenter au spectacle de Pink se verront remettre un bracelet lumineux, conçu par la firme montréalaise Pixmob. L'objet devrait réagir à certains moments-clé du concert et ainsi contribuer à créer des effets spéciaux.
Le Festival d'été, qui a commencé à dévoiler des indices quant à la présence du bracelet, révélera les derniers détails samedi. Pixmob donne cependant une bonne idée de sa création dans son site Web : «ce produit peut déclencher des effets visuels spontanés à l'extérieur de l'événement et réagir à un impact (applaudissements, gens qui dansent, etc.)».
Cette technologie dans le spectacle de l'Américaine, qui s'ajoute à l'utilisation de la réalité virtuelle, témoigne de l'implication du FEQ dans la production d'un spectacle d'envergure internationale, une première, selon le directeur général Daniel Gélinas.
«S'intégrer dans un processus [créatif] d'un artiste, c'est la première fois qu'on fait ça, à part les spectacles québécois, comme les cartes blanches. Avec une artiste de ce niveau-là, c'est vraiment [exceptionnel]».
Au-delà de la curiosité et de l'ouverture évidente de Pink, le partenariat avec la star a été facilité par un contact dans son équipe, révèle Daniel Gélinas. 
«L'éclairagiste-directeur artistique qui a créé la dernière production,= a déjà travaillé avec Pixmob sur la tournée de Taylor Swift. Donc il connaît très bien la technologie, c'est ça qui a permis que ce soit facile de les [mettre en contact].»