Le spectacle haut en couleur empruntant à la politique et à la culture pop ne devait être à l’affiche que pendant une période de six semaines. Un bouche à oreille efficace l’a transformé en expérience par excellence à vivre à San Francisco.

Le rideau final tombe sur la plus ancienne comédie musicale américaine

SAN FRANCISCO — Quand on pense aux comédies musicales ayant été le plus longtemps à l’affiche, des titres comme «The Lion King» ou «Chicago» viennent rapidement à l’esprit.

Mais il y a une petite production à San Francisco qui est devenue un incontournable pour les touristes et la population locale depuis plus de 45 ans.

Et bientôt, le rideau final va tomber sur «Beach Blanket Babylon».

Jouée depuis 1974 sur une scène de San Franciso, l’ultime présentation de la pièce se déroulera le 1er janvier au Club Fugazi.

«Ça va être doux-amer, prévoit l’un de ses interprètes de longue date, Curt Branom. Nous passerons tous à autre chose, mais nous savons tous quel endroit magique cela a été pour nous tous.»

Le spectacle haut en couleur empruntant à la politique et à la culture pop ne devait être à l’affiche que pendant une période de six semaines. Un bouche à oreille efficace l’a transformé en expérience par excellence à vivre à San Francisco.

«Beach Blanket Babylon» a depuis été joué plus de 17 000 fois devant 6,5 millions de personnes, dont la reine Elizabeth II, le prince Charles, David Bowie et Robin Williams.

L’intrigue suit les pérégrinations de Blanche-Neige à la recherche de son prince charmant. En cours de route, elle rencontre divers personnalités politiques et artistiques qui ont changé au fils des années. Parmi les personnages récents, on retrouve Donald et Melania Trump, Nancy Pelosi, Vladimir Poutine, Bernie Sanders et Oprah Winfrey.

La productrice Jo Schuman Silver explique qu’elle ne mettait pas un terme à l’aventure pour des raisons financières. Elle voulait que cela se termine sur une bonne note.

Les comédiens et l’ensemble de l’équipe technique, dont plusieurs ont travaillé sur la pièce depuis plusieurs décennies, disent que les prochains spectacles seront forcément émouvants.

Le régisseur John Camajani, à l’emploi de la comédie musicale depuis 1979, mentionne que sa femme sera là à l’occasion de la finale.

«Elle pleurera et nous pleurerons tous parce que c’est la fin d’époque», a-t-il dit.

On pense que «Phantom of the Opera», créée en 1988 et qui n’a pas quitté l’affiche de Broadway depuis ce temps, deviendra la plus ancienne production aux États-Unis.