Pascal Ratthe, Le Soleil - foule au pigeonnier au spectacle de migos - Québec - 11/07/2017 - le 11 juillet 2017 - #90000 - actualite - 30 - Le Soleil, Pascal Ratthe

Le Pigeonnier complet, situation inévitable

Si des milliers de fans de Migos ont dû regarder le spectacle de l'extérieur du Pigeonnier mardi soir faute d'espace sur le site, Luci Tremblay, directrice des communications au Festival d'été, défend coûte que coûte la décision de l'organisation d'y avoir programmé la rappeur.
Le débat portant sur la nécessité - ou non - pour le Festival d'été de Québec (FEQ) de se doter d'un site de spectacle de taille intermédiaire entre les plaines d'Abraham et le parc de la Francophonie ne date pas d'hier. Pour tenter de remédier à la situation, l'équipe du FEQ a procédé à un agrandissement du Pigeonnier en 2016, mais même dans sa version agrandie, le site se voit dans l'obligation de fermer ses portes à un moment ou à un autre du festival.
«C'est un risque qu'on est prêt à prendre», indique Luci Tremblay. «On n'a pas de scène intermédiaire. [...] Est-ce qu'on va se priver d'avoir des artistes [au FEQ] parce qu'on n'est pas sûr d'avoir la bonne scène pour les accueillir?» Sa réponse est non.
L'équipe du FEQ a déjà tenté de trouver un site qui répondrait aux demandes des citoyens, sans succès. Et après consultation populaire, le FEQ a abandonné l'idée d'installer une nouvelle scène sur un site en périphérie du centre-ville. «Les gens ne voulaient pas d'une scène à Beauport ou à Charlesbourg», soutient Mme Tremblay. Surtout que «s'en aller dans un autre site, c'est comme développer un mini festival ailleurs», dit-elle.
Certains festivaliers mécontents ont protesté - notamment sur la page Facebook du Soleil - contre le fait d'avoir programmé Migos au Pigeonnier plutôt qu'aux Plaines. À cela, Luci Tremblay rappelle qu'au moment d'annoncer la programmation de ce 50e Festival d'été, l'équipe du FEQ se demandait même s'il y aurait du monde au Pigeonnier le soir du 11 juillet. Un revirement de situation qui s'explique par la fulgurante montée en popularité du groupe de rap américain.
Au final, Mme Tremblay conclut qu'«il vaut mieux avoir un artiste sur un trop petit site plutôt que sur un trop grand».  
«Très content»
La foule réunie pour voir Migos en action mardi soir était certes agitée, admet la directrice des communications, mais «on est très content de la façon dont ça s'est passé». L'équipe médicale et les agents de sécurité - ont eu du pain sur la planche, mais aucun n'incident majeur n'est venu entacher la soirée, assure-t-elle.
Pour ce qui est du plancher recouvrant le bassin d'eau du parc de la Francophonie, plancher qui a menacé de s'effondrer durant la performance de Jazz Cartier, on ne devrait plus en entendre parler jusqu'à la fin du Festival d'été. C'est qu'il a été refait mercredi, après avoir été renforcé en plein spectacle mardi soir.
«À un moment donné, 2000 personnes qui sautent en même temps, on a craint que le plancher ne cède», mentionne Luci Tremblay. Des madriers ont ainsi été placés sous les planches de bois pour solidifier la structure. «Il n'y a pas eu de dommages, rien n'a été brisé», assure-t-elle. «On a pris les devants» pour ne pas que le plancher s'effrondre.