Ozzy Osbourne lors de la soirée des Grammy, dimanche

Le parkinson dont souffre Ozzy frappe habituellement les plus jeunes

La forme de maladie de Parkinson dont souffre le légendaire rockeur Ozzy Osbourne touche normalement des patients beaucoup plus jeunes et il est inhabituel de la voir se manifester si tard, estime un expert consulté par La Presse canadienne.

Ozzy Osbourne, qui a eu 71 ans en décembre, a révélé la semaine dernière qu’il est atteint de la forme «PRKN 2» de la maladie. Il a confié avoir reçu son diagnostic il y a près d’un an, en février 2019.

Le PRKN 2 est un gène qui encode une protéine qui contribue au fonctionnement des petites structures qui produisent de l’énergie dans nos cellules.

«Quand on a des mutations dans des gènes comme celui-là [...], ça peut causer des problèmes énergétiques dans les cellules, a expliqué le professeur Louis-Éric Trudeau, du département de pharmacologie et physiologie de l’Université de Montréal. C’est une cause de forme génétique de la maladie de Parkinson, en particulier une forme qui se développe de façon précoce, en âge beaucoup plus bas que la forme sporadique habituelle de la maladie de Parkinson, qui est dans la soixantaine.» Les gens qui sont atteints de cette forme génétique classique de Parkinson pourront même parfois développer des symptômes dès la vingtaine.

Donc, dans le cas d’Ozzy Osbourne, «c’est inhabituel, mais on n’a pas toutes les informations génétiques le concernant», a rappelé le professeur Trudeau.

La première réaction de plusieurs, en apprenant la nouvelle de la maladie du musicien, a été que cela n’avait rien de surprenant, compte tenu de la vie qu’il a menée. «Dans le cas de la consommation de la plupart des drogues d’abus habituelles, il n’y a pas de lien évident avec le risque de développer la maladie de Parkinson, a dit M. Trudeau. Le fait qu’il ait eu une vie un peu mouvementée, difficile, stressante pour son cerveau par la consommation de drogue, on ne peut pas dire que c’est nécessairement causal.»