Nathalie Bondil
Nathalie Bondil

Le Musée des beaux-arts de Montréal met fin au contrat de Nathalie Bondil

Le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) dit mettre immédiatement fin au contrat de sa directrice générale et conservatrice en chef, Nathalie Bondil, soulignant des «témoignages troublants d’employés faisant état d’une détérioration évidente du climat de travail».

Le conseil d’administration met fin au contrat «à regret», et la décision est «applicable en date d’aujourd’hui», indique un communiqué, lundi.

Depuis l’an dernier, le Musée a vu plusieurs départs d’employés clés et a été mis au courant de témoignages troublants d’employés, affirme l’organisation.

En octobre dernier, le syndicat a alerté le conseil d’administration.

La firme externe Cabinet RH a alors été mandatée pour faire la lumière sur cette situation.

Son rapport évoquait notamment une dégradation importante et multifactorielle du climat de travail qualifié par certains employés de «toxique», souligne le Musée des beaux-arts de Montréal.

La gravité des faits rapportés a rapidement convaincu le conseil d’administration d’«entamer des discussions avec Mme Bondil afin de trouver des solutions à cette situation jugée inacceptable», ajoute-t-on.

Le conseil d’administration fait état de «tentatives maintes fois répétées» au cours des derniers mois pour trouver une solution, soutenant qu’elles se sont «butées à l’inflexibilité de Mme Bondil et à son déni de plusieurs conclusions pourtant sans appel du rapport».

«Vu la gravité des faits rapportés, notre engagement envers les employés qui véhiculent quotidiennement les valeurs du Musée était sans équivoque», déclare Michel de la Chenelière, président du conseil d’administration du Musée des beaux-arts de Montréal.

Le refus de Mme Bondil d’accepter une proposition de règlement «qui aurait permis à toutes les parties d’entamer une transition harmonieuse d’ici la fin de son contrat prévu pour la fin juin 2021 a convaincu le conseil d’administration de mettre fin immédiatement à son emploi comme directrice générale et conservatrice en chef, indique le communiqué.

«Il est regrettable qu’une association remarquable de plus de 21 années entre le Musée et Mme Bondil se termine de cette manière», affirme M. de la Chenelière.

Avec le départ de Mme Bondil, et d’ici la nomination d’un successeur, l’intérim sera assuré par le comité exécutif du conseil d’administration représenté par Michel de la Chenelière. Un processus de recrutement à l’international sera mis sur pied incessamment, indique-t-on.