Le site de Sounion, près d'Athènes

Le gouvernement grec veut louer les colonnes antiques en dépit des archéologues

ATHÈNES — Le gouvernement grec a cédé jeudi à un rare accès de colère contre le Conseil central d’archéologie, Kas, sourcilleux gardien des antiquités nationales, pour son refus d’autoriser un tournage de la BBC sur le site de Sounion, près d’Athènes.

Le secrétaire général à la Communication, Leftéris Kretsos, a riposté en imputant un «problème de mentalité» au Kas, accusé d’être un symptôme «des pathologies» du pays, et de l’exposer au «ridicule international».

Le dernier refus du Kas, signifié cette semaine, s’ajoute à une longue liste de décisions similaires ayant bloqué la location des sites antiques pour des tournages de cinéma ou de télé.

Justifiées le plus souvent au nom des risques encourus par les ruines mais aussi du nécessaire respect du symbolisme des lieux, ces décisions suscitent régulièrement des polémiques entre puristes de l’antique et modernes, sans toutefois en général que le gouvernement s’en mêle.

L’an dernier, le Kas avait par exemple refusé à la maison de couture Gucci de faire défiler ses mannequins pendant un quart d’heure sur le site de l’Acropole, malgré une proposition à deux millions d’euros.

Cette fois, le Kas — aux membres élus par leurs pairs — a tranché alors même que le gouvernement venait d’annoncer un nouveau cadre réglementaire pour relancer le secteur audiovisuel, sinistré par huit ans de crise économique.

«La production audiovisuelle est-elle oui ou non une des industries lourdes du futur que le pays doit développer?» a ainsi interpellé M. Kretsos.

La BBC avait requis de louer les colonnes du temple classique de Poséidon de Sounion pour y tourner des scènes de sa mini-série «La petite fille au tambour» tirée du roman d’espionnage du même nom de John le Carré dont une partie de l’action de situe en Grèce.