Gilles Parent

Le FM93 largue Gilles Parent

Le divorce entre Gilles Parent et Cogeco a été officiellement prononcé vendredi après-midi. Deux semaines après le dévoilement d’allégations d’inconduite sexuelle dont l’animateur vedette fait l’objet, le propriétaire de la station du chemin Sainte-Foy a indiqué «la fin de son association professionnelle avec Les Productions Gilles Parent et son animateur».

La direction du FM93 a fait savoir que Ève-Marie Lortie, qui a pris la relève de Parent en pleine tourmente, le 19 octobre, serait derrière le micro de l’émission du retour «jusqu’à nouvel ordre».

Pendant une quinzaine de minutes, vendredi, en ouverture de l’émission, Ève-Marie Lortie et les collaborateurs Nicolas Lacroix et Dany Poulin, ont émis leurs commentaires sur le départ de l’animateur, embauché il y a 10 ans.

Avouant avoir accepté l’offre de joindre le FM93 «parce qu’il y avait Gilles», l’animatrice a mentionné qu’elle aurait «aimé sincèrement travailler plus longtemps avec lui» et apprendre de sa longue expérience en radio. «Il a un talent extraordinaire.»

Employés de Production Gilles Parent depuis respectivement 20 et 14 ans, Lacroix et Poulin ont également fait part de leurs états d’âme depuis le départ de leur patron. «Je suis fâché que ça se termine comme ça pour Gilles, mais en même temps je suis triste», a fait savoir le premier, qui a échangé avec son ami de longue date seulement par courriels et textos depuis les événements. «Il m’a appris tout ce que je sais en radio.»

«J’ai juste le goût de pleurer pour l’instant. C’est très personnel, alors je vais en dire le moins possible car tout [risque d’être] suranalysé», a expliqué le commentateur sportif Dany Poulin, alias Dan Pou.

«Il y a un choc pour nous, le choc d’apprendre que ton boss est congédié. […]. Je ne fais pas fi de tout ce qui lui est reproché, mais je ne suis pas prêt à dire ce que je pense de tout ce qui est arrivé.»

Entente «sur la gueule»

Pour l’instant, la direction de Cogeco a «l’intention de continuer avec nous», a expliqué Nicolas Lacroix, ajoutant que seule une entente «sur la gueule» démontrait les intentions de l’employeur.

«Je vais peut-être pour la première fois faire de la vraie radio, sans le parapluie formidable de Gilles Parent, a-t-il poursuivi. «[Avec lui], tu n’étais pas trop inquiet des cotes d’écoute. Ce temps-là est fini.»

Au sondage Numeris du printemps, Le retour de Gilles Parent avait pris la première place dans le créneau des émissions de fin d’après-midi, avec une moyenne au quart d’heure de 21 200 auditeurs, devant Gravel dans le retour, à CHOI Radio X (16 100) et 100% Normandeau, à BLVD (13 300).

Allégations de cinq femmes

Gilles Parent, 57 ans, avait abandonné son émission à la suite des révélations faites au Journal de Québec par cinq femmes ayant travaillé avec lui, dont deux n’ont pas réclamé l’anonymat, Catherine Desbiens et Jessica Normand. L’animatrice à WKND et ancienne collaboratrice au FM93, Catherine Bachand, avait relaté en ondes, le lendemain, comment l’animateur lui avait saisi un sein en studio, en 2005.

Dans la foulée de la suspension de Parent, plusieurs entreprises et commanditaires avaient mis fin aux liens d’affaires avec lui, par crainte d’être éclaboussés par des retombées négatives.

Cogeco a indiqué dans un bref communiqué qu’aucun commentaire ne sera émis.

***

«Je n'aurai jamais assez d'une vie pour me faire pardonner»

Gilles Parent a brisé le silence, vendredi, quelques heures après l’annonce de son congédiement par Cogeco Média.

Dans une lettre envoyée aux membres de son équipe immédiate ainsi qu’aux collaborateurs de son émission, l’animateur offre ses «plus sincères et profondes excuses» à ses collègues et ex-collègues, à sa famille et à ses amis. «Je n’aurai jamais assez d’une vie pour me faire pardonner les embarras que j’aurais infligés sans le vouloir à ceux et celles que j’ai bouleversés et déçus», écrit M. Parent dans sa missive.

De plus, l’homme de radio s’excuse directement auprès des personnes qui auraient pu être blessées par ses paroles ou son comportement. «J’ai un immense respect pour les femmes, et c’est avec la plus grande sincérité que je m’adresse à celles que j’aurais pu offenser [...] Si ma conduite à leur égard s’est avérée blessante, je leur demande humblement de m’excuser.» 

«Je ne suis clairement pas un homme parfait, mais je suis loin d’être celui que certains décrivent», ajoute-t-il.

L’animateur dit également réaliser qu’aujourd’hui qu’«une certaine forme de rectitude s’installe, rectitude à laquelle je suis prêt à me conformer».

Enfin, même si son mot d’adieu était d’abord destiné à ses collègues de travail, Gilles Parent a tenu à s’adresser à ses auditeurs et ses auditrices, «vous qui m’avez fait confiance, qui avez été si généreux et courtois envers moi, pendant tant d’années.» 

«Je tiens à vous assurer que je ne me suis jamais servi de la parole comme outil de pouvoir ou de manipulation auprès de mes confrères et consœurs de travail, tout comme je n’ai jamais usé de la parole pour faire régner la crainte autour de moi», affirme l’ex-animateur du FM93.

Gilles Parent termine son message en demandant qu’on respecte son désir de s’éloigner de la scène publique pour se «refaire une santé, prendre le recul nécessaire, et retrouver le calme et la paix d’esprit auprès des miens».  Josée Guimond

***

La lettre intégrale envoyée par l'animateur

Je m’exprime aujourd’hui pour réagir à l’annonce de la fin de l’entente que j’avais avec Cogeco Média depuis plus de 10 ans.

J’aimerais d’abord m’adresser à mes collègues, mes ex-collègues, mon entourage, ma famille et mes amis, pour leur offrir mes plus sincères et profondes excuses.

Si par ailleurs mes paroles ou mon comportement ont pu être perçus ou reçus d’une manière blessante ou offensante, j’en suis vivement attristé. Cela n’a jamais été mon intention.

Je réalise aujourd’hui qu’une certaine forme de rectitude s’installe, rectitude à laquelle je suis prêt à me conformer. 

Je ne suis clairement pas un homme parfait, mais je suis loin d’être celui que certains décrivent.

Je n’aurai jamais assez d’une vie pour me faire pardonner les embarras que j’aurais infligés sans le vouloir à ceux et celles que j’ai  bouleversés et déçus.

J’ai un immense respect pour les femmes et c’est avec la plus grande sincérité que je m’adresse à celles que j’aurais pu offenser, malgré toute la considération que je leur porte. Si ma conduite à leur égard s’est avérée blessante, je leur demande humblement de m’excuser.

Les derniers jours ont été particulièrement éprouvants pour ceux et celles qui m’entourent, à commencer par ma femme, que j’adore, et avec qui je partage ma vie depuis plus de 20 ans. Je la remercie de son indulgence, sa patience, son  soutien, sa confiance et  son amour. Le bonheur de ma conjointe compte plus que tout pour moi.

Je suis également conscient que mes trois enfants ont pu vivre cette  tourmente médiatique avec le sentiment que je les ai trahis et je compte bien travailler à ressouder notre complicité naturelle.

Leur amour indéfectible est ce qui me console le plus présentement.

Mes collègues ou ex-collègues ont toujours eu une place privilégiée dans ma carrière et je leur redis toute mon estime.

J’ai la chance d’évoluer dans des médias populaires depuis près de 40 ans. J’y ai vécu des moments d’euphorie et de vrai bonheur, en équipe,  dans le sillon de résultats de performance par moments remarquables. Et ce succès, je le dois à l’auditoire. Au public qui nous donne son assentiment, aux auditeurs et auditrices qui reconnaissaient notre travail, nos efforts  et sont prêts à adhérer à nos idées.

Je sais cependant que rien n’est jamais acquis, et que l’estime et l’intérêt des auditeurs peuvent continuellement basculer d’un côté ou de l’autre. 

Je le réalise plus que jamais aujourd’hui. Et sachez, chers auditeurs et auditrices, que j’avais hâte de m’adresser à vous avec la plus grande sincérité, vous qui m’avez fait confiance, qui avez été si généreux et courtois envers moi, pendant tant d’années. J’attendais impatiemment de pouvoir m’adresser à vous.

Je tiens à vous assurer que je ne me suis jamais servi de la parole comme outil de pouvoir ou de manipulation auprès de mes confrères et consœurs de travail tout comme je n’ai jamais usé de la parole pour faire régner la crainte autour de moi.

Je me sens privilégié de pratiquer mon métier depuis 1978, parmi les miens, dans ma ville de Québec.

J’ai eu l’immense privilège de côtoyer des personnalités lumineuses, des analystes chevronnés, des agents de changement. Ma tribune radiophonique contribue à faire entendre des voix personnelles, des voix sérieuses et éclairantes dans l’espace public. Je reste fier et heureux de participer, à mon humble hauteur, aux débats de société en lien avec l’actualité. Je m’y consacre avec rigueur, avec sérieux et avec plaisir. 

Sachez que je suis profondément atterré, défait et affecté par les évènements récents. 

J’aimerais, enfin, qu’on respecte mon désir de m’éloigner des projecteurs pour me refaire une santé, prendre le recul nécessaire et retrouver le calme et la paix d’esprit auprès des miens.

***

Gilles Parent au fil des ans

1985: Coanimateur du Zoo au FM 93,3

1990: Coanimateur de La Jungle à CHIK 98,9

2001: Animateur à CHOI Radio X

2007: Animateur du Retour au FM93

2017: Congédiement du FM93