Erwan est démineur de métier et mâle alpha de son état. En apparence...

Le film de la semaine: «Ôtez-moi d'un doute» ***1/2

CRITIQUE / Les relations familiales sont un véritable champ de mines; il faut avancer avec précaution. Erwan (François Damiens) va l’apprendre à ses dépens en découvrant qu’il n’a pas le même ADN que son père... Sur cette prémisse un peu usée, Carine Tardieu réussit à proposer une comédie dramatique touchante avec des personnages attachants, qui maintient un bel équilibre entre l’humour et l’émotion. Un exploit dans le genre.

Ôtez-moi d’un doute aurait facilement pu tomber dans la caricature. Or, la réalisatrice a choisi la nuance — dans la composition de ses personnages, mais pas toujours dans le récit. À commencer par ce Erwan, démineur de métier et mâle alpha de son état. En apparence.

On découvre rapidement un homme pudique, timide et maladroit dans ses relations interpersonnelles, en particulier avec sa fille, la fougueuse Juliette (Alice de Lencquesaing). C’est en l’accompagnant chez le médecin que le fier Breton découvre le pot aux roses à propos de ses origines.

Malgré la tendresse qu’il éprouve pour son paternel (Guy Marchand), Erwan va (discrètement) chercher et trouver son père biologique (André Wilms), un vieux militant original et sympathique. Pendant ses tribulations, notre homme va rencontrer Anna (Cécile de France), une médecin indépendante au caractère trempé d’acier.

Alors que les deux ressentent une forte attirance, Erwan soupçonne que sa nouvelle flamme est peut-être... sa demi-sœur! Ce qui entraîne évidemment son lot de quiproquos et d’ambiguïté. On baigne dans le marivaudage, de bon aloi.

Le troisième long métrage de Carine Tardieu, après La tête de maman (2007) et Du vent dans mes mollets (2012), bénéficie grandement de ce point de vue féminin sur la paternité, à la fois tendre et amusé, mais aussi terriblement lucide. Ses personnages masculins semblent parfois dépassés et démunis, mais toujours pleins de bonnes intentions.

La cinéaste en profite aussi pour explorer les thèmes de la filiation, de l’identité, du mensonge et de l’amour, sous toutes ses formes. Rien de transcendant, mais avec beaucoup d’acuité. Un peu comme sa réalisation, somme toute très classique.

En fait, le charme d’Ôtez-moi d’un doute réside principalement dans la distribution impeccable. Damiens est parfait en gros nounours, tout comme Cécile de France en femme de tête. Le duo fait des étincelles, bien entouré par des seconds rôles bien dessinés et interprétés. La direction d’acteur est remarquable.

Le distributeur du film n’a pas choisi de lancer ce film la fin de semaine de la fête des Pères par hasard. Bon temps garanti (et, peut-être, des discussions amusées après le visionnement).

AU GÉNÉRIQUE

  • Cote: *** 1/2
  • Titre: Ôtez-moi d’un doute
  • Genre: comédie dramatique
  • Réalisatrice: Carine Tardieu 
  • Acteurs: François Damiens, Cécile de France et Guy Marchand
  • Classement: général
  • Durée: 1h40
  • On aime: la complicité des acteurs, les personnages bien dessinés, le bel équilibre entre humour et émotions
  • On n’aime pas: un peu trop cousu de fil blanc