Vêtu de blanc de pied en cap, Loud venait de livrer deux pièces avant d'être interrompu par l'orage.

Loud coupé par la pluie [VIDÉOS]

CRITIQUE / Alors qu’il livrait sa deuxième pièce sous la pluie battante, Loud a été interrompu par l’ordre du Festival d’été de cesser les spectacles. Le marathon de hip-hop québécois du Festival d’été avait démarré lentement et s’est terminé en queue de poisson.

«Ils veulent arrêter le show... Des abrutis, man. No way. Fuck ça!» s’est révolté son MC avant que le courant soit coupé sur scène. L’annonceur du festival a ensuite demandé à la foule d’évacuer calmement le site. Les cris de frustration ont fusé, mais lorsque les éclairs ont commencé à zébrer le ciel, les festivaliers ont dû se rendre à l’évidence qu'ils devaient quitter le terrain.

Vêtu de blanc de pied en cap, Loud venait de livrer avec Les nouveaux riches et Hell, What a View, et la foule électrisée semblait prête à transformer la place en grand plancher de danse.

Samedi soir, Loud devait annoncer qu'il jouera au centre Vidéotron le 7 décembre.

À LIRE AUSSI : Journée test peu convaincante au Festival d’été

Le rappeur Koriass était visiblement très attendu à la place George-V.

Koriass

Juste avant la pluie, Koriass a finalement livré le point d’orgue de la journée. Le rappeur était visiblement très attendu à la place George-V. Ses paroles, même défilées à vitesse grand V, étaient scandées en choeur par les inconditionnels. Massés entre la régie et la scène, tous bougeaient sur le même rythme, bras dans les airs, tapant des mains, sautant, ondulant.

Accompagné de musiciens, en plus de DJ Manifest à la console, Koriass a enchaîné les chansons sans jamais laisser retomber l’énergie. Son habile mélange de charisme, d’attitude, de rythmes et de séquences mélodiques opérait comme un charme.

Il a servi une demie-douzaine de titres de La nuit des longs couteaux, son plus récent album, et la chanson Lendemain, sortie au début de l’été, mais a surtout puisé dans ses offrandes précédentes. Avec son ancien complice de scène, Bobby One, il a chanté La mort de Manu (Garde ta job) et a fait une livraison survoltée de St-Eustache. Un flot de beaux moments bien livrés, qui s’est clos sur Enfant de l’asphalte, accueilli par une marée de lumières de téléphone et finie a cappella par la foule.

Pour ceux qui voudraient l’entendre davantage, Koriass donnera une entrevue publique au Manège militaire dimanche à 17h.

Naya Ali

Naya Ali

On attendait avec curiosité Naya Ali, dont Louis Bellavance, directeur de la programmation du FEQ, nous avait vanté le caractère spectaculaire. Mais seule en piste avec son DJ, la jeune femme pouvait difficilement reprendre là où Sans pression avait laissé la foule, très bien réchauffée. Passer avant les vétérans l’aurait probablement mieux servie.

Après 25 minutes et de nombreux appels mi en anglais mi en français lancés à la foule dans l’espoir de l’émouvoir ou d’attiser son énergie, elle était déjà rendue au rappel. Elle a fait une honorable tentative de faire lever le party en descendant dans la foule à la toute fin de sa performance.

À LIRE AUSSI: L’orage vient à bout d’Imagine Dragons au FEQ

Sans pression