Les Foo Fighters ont offert tout un spectacle «revanche» sur les plaines d'Abraham, lundi soir.

Les Foo Fighters déchaînés!

CRITIQUE / Décidément, les fans des Foo Fighters ne sont pas dus pour profiter d’un spectacle au sec. Comme en 2015, ils ont été trempés jusqu’aux os, lundi, sur les Plaines. Mais leur show complet (voire allongé!), ils y ont enfin eu droit. Et quel show! Au dernier rendez-vous, Dame Nature s’était déchaînée sur les festivaliers. Cette fois, c’était au tour de Dave Grohl et sa bande de le faire. Mais pour eux! Nous voilà tous vengés, de la manière la plus rock qui soit.

Oui, l’heure de la revanche avait sonné, trois ans après l’orage qui a coupé court au concert de 2015 après quatre chansons. Il a plu, lundi, mais avant que les Foo n’entrent en scène. Au cœur d’un concert endiablé, Dave Grohl a judicieusement choisi de revenir sur la tempête après avoir laissé son collègue batteur Taylor Hawkins interpréter Sunday Rain.

«Vous rappelez-vous ce qui est arrivé? La dernière fois, on a eu un petit problème. Je ne pouvais pas fucking marcher», a rappelé le chanteur, qui avait en 2015 la jambe cassée, alors que des images du déluge étaient projetées sur l’écran géant. «On a essayé. D’où j’étais, je vous voyais tous, vous étiez beaux. Et puis, j’ai vu un fucking éclair. On a dû arrêter. Mais ce soir, on n’arrêtera pas. On est là pour se reprendre!»

Et pour se reprendre, ils se sont repris en grand. Les Foo étaient armés de quelques tranches pas piquées des vers du récent Concrete and Gold : The Sky is a Neighborhood ou Dirty Water, qui ont bénéficié de l’apport de choristes. 

Ils se sont payé quelques détours bien sentis chez Alice Cooper (Under my Wheels, avec le guitariste Chris Shiflett au micro), Van Halen (dans ce semi-ridicule mash-up de Jump avec Imagine de John Lennon, servi après une tirade digne d’un preacher et inspirée de Shawn Mendes!) ou des Ramones (Blitzkrieg Bop). 

Ils sont surtout revenus à Québec les bras chargés de vieux succès : All My Life, The Pretender, Learn to Fly, My Hero, Monkey Wrench, Best of You, Times Like These ou l’incontournable Everlong, percutant point final à cette soirée épique, qui s’est étirée jusqu’à minuit. Et on peut le confirmer : on en aurait pris encore davantage!

Le tout a été livré une énergie du tonnerre (sans jeux de mots météo), une attitude d’enfer et un côté gamin qui prouve que les Foo Fighters ont encore réellement du plaisir à faire de la musique ensemble, à s’échanger le micro ou les instruments... Et à partager ce plaisir avec les fans dans un déluge de décibels. Oui, les retrouvailles ont été bruyantes. Mais elles ont surtout été belles et exceptionnelles, du fait qu’elles ont pu se prolonger. Une permission spéciale accordée à la demande du chanteur. 

«À l’origine, on devait jouer seulement de 21h30 à 23h. J’ai dit : “ce n’est pas assez ”. Merci au festival, à la police et à tous ceux qui nous ont permis de jouer un vrai show des Foo Fighters», a raconté Grohl, qui gardait un dernier coup de chapeau pour les fans de Québec : «Merci de nous avoir attendus pendant trois ans. On ne vous fera plus attendre si longtemps.»

Greta Van Fleet

Les jeunes sensations du rock Greta Van Fleet se sont démenées sur les planches de la scène des plaines d'Abraham.

L’averse qu’on craignait depuis quelques heures s’est abattue sur les plaines d’Abraham alors que les jeunes sensations du rock Greta Van Fleet se démenaient sur les planches. Ça faisait toutefois un moment que le groupe fondé par les frères Josh, Jake et Sam Kiszka (complété par le batteur Danny Wagner) distillait des chansons qui auraient tout aussi bien pu résonner il y a 45 ans. Vêtu d’une tunique qui lui donnait des airs de prêtre du rock, plumes aux oreilles, le chanteur Josh Kiszka a prouvé sur les planches à grand renfort de rugissements haut perchés pourquoi tant de gens l’ont comparé à Robert Plant. S’offrant tour à tour d’intenses solos, les jeunes musiciens (ils ont entre 19 et 22 ans) ont livré une convaincante prestation. On pourrait dire qu’ils ne sont pas nés à la bonne époque… Ou plutôt avancer qu’il y a encore décidément un attrait pour ce son. C’est selon!

Frank Turner & The Sleeping Souls

En tout début de soirée, Frank Turner & The Sleeping Souls ont dû faire le plein de nouveaux admirateurs avec leur folk-rock énergique et les interventions ultra sympathiques de son leader. «Tout le monde est venu juste pour nous voir, n’est-ce pas? Mais vous devriez rester pour voir les deux autres bands!» a blagué Frank Turner. L’Anglais s’est excusé de ne pas savoir parler mieux français… tout en s’exécutant avec plus d’adresse que la grande majorité des artistes qui foulent cette scène. Il a même servi une chanson adaptée dans la langue de Molière, question de marchander avec le public. «Après, j’ai le droit de parler en anglais!» a-t-il lancé. Entre son don pour faire danser le parterre et une spectaculaire séance de crowd surfing, Frank Turner a mis la table pour cette soirée rock. Et de très belle manière. 

+

LISTE DES CHANSONS DES FOO FIGHTERS

All My Life

Learn To Fly

The Pretender

The Sky is a Neighborhood

Rope

Sunday Rain

My Hero

These Days

Walk

Under My Wheels / Another One Bites de Dust / Imagine / Jump / Blitzkrieg Bop / Under Pressure /

Monkey Wrench

Run

Breakdown

Dirty Water

Best of You

Rappel:

Times Like These

Everlong

+

REVIVEZ LA SOIRÉE DE LUNDI AVEC NOS JOURNALISTES