Le directeur de la programmation du FEQ, Louis Bellavance

12 perles à découvrir au FEQ

Le Festival d’été de Québec (FEQ), c’est certes des artistes susceptibles d’attirer des foules immenses sur les plaines d’Abraham — coucou Neil Young, Shawn Mendes et les Foo Fighters! —, mais ça demeure un lieu où les potentielles découvertes musicales sont légion. En ce premier jour de festivités, le directeur de la programmation du FEQ, Louis Bellavance, nous aiguille vers 12 perles peut-être plus méconnues de sa grille et qui valent certainement le déplacement.

St. Paul & The Broken Bones: 5 juillet à 21h10 à la place d’Youville (accès gratuit)

«C’est de la dynamite! C’est un genre de James Brown ou d’Otis Redding, mais plus rock. Ça groove, c’est funk, c’est vraiment bon. C’est le genre d’affaires que tu mets sur scène sans dire à personne c’est quoi. Les gens vont se promener, ils vont entendre trois notes et ils vont rester jusqu’au bout.»

Passenger: 6 juillet à 21h à l’Impérial

«C’est une occasion de le voir [dans une plus petite salle]. Il n’a pas d’affaire à l’Impérial, Passenger. À cause de la configuration et des dates, c’est devenu sa place. Sur chacune des scènes, on essaie toujours de mettre une ou deux propositions qui vont déborder pour en faire un vrai happening. À l’Impérial, cette année, c’est Passenger.»

Langston Francis: 6 juillet à 19h au parc de la Francophonie

«C’est un jeune homme de Toronto d’à peu près 16 ans. Il est signé chez Sony depuis un moment déjà. Pour eux, c’est le prochain Drake. En fait, il est à mi-chemin entre Shawn Mendes et Drake. Il est beau, il est bon, il joue de tout, il est charismatique… Mais il ne joue pas la semaine parce qu’il a de l’école! Des fois, l’industrie se trompe. Mais mettons que ça se peut qu’on le revoie sur de grosses scènes.»

The Soul Rebels: 7 juillet à 21h10 à la place d’Youville (accès gratuit)

«J’aime beaucoup ce groupe. Ils sont déjà venus à la place d’Youville. C’est une grosse machine de funk. Ils reprennent des chansons connues avec des cuivres. C’est vraiment le fun

Killy: 7 juillet à 19h sur les plaines d’Abraham

«Ce serait le phénomène hip-hop de l’année au Canada anglais. […] Il a traversé le pays en remplissant des salles de 1000 places. Et personne ne savait qui il était il y a six ou huit mois. Il vient d’apparaître.»

Jain: 8 juillet à 21h10 à la place d’Youville (accès gratuit)

Jain, en spectacle à Osheaga l'été dernier

«On n’est plus dans la découverte, c’est vraiment un phénomène. Mais s’il reste des gens qui n’ont pas encore allumé sur le buzz Jain, je pense que ça va être délirant à la place d’Youville ce soir-là.»

Greta Van Fleet: 9 juillet à 20h sur les plaines d’Abraham

Greta Van Fleet

«Ils sont très attendus. C’est le futur du rock, le renouveau du rock.»

The Spencer Lee Band: 9 juillet à 17h à la place de l’Assemblée nationale (accès gratuit) et 10 juillet à 20h au parc de la Francophonie

«C’est tout à fait plausible que vous ne connaissiez pas ce nom-là. Il a été découvert dans la rue, à New York, par Scooter Braun, qui est l’agent de Justin Bieber, d’Ariana Grande, de Carly Rae Jepsen, de Kanye West… Il l’a sorti de la rue, il l’a fait entrer en studio. Il a toute une voix et c’est de la super pop.»

Yael Deckelbaum & Prayer of the Mothers Ensemble: 9 juillet à 18h à la place d’Youville (accès gratuit)

«C’est une Canado-Israélienne avec un groupe entièrement féminin. Elle ramasse des filles israéliennes et palestiniennes, elle prend des expatriées dans tous les pays [où elle joue]. Elle, c’est le message, c’est peace and love, c’est chantons ensemble avec des harmonies de voix. C’est un peu gospel, c’est vraiment bon.»

Hubert Lenoir: 11 juillet à 19h30 à la place d’Youville (accès gratuit)

Hubert Lenoir lors du spectacle de la fête nationale à Montréal

«La surprise pour moi, ce n’est pas qu’Hubert soit flyé. C’est qu’il ait écrit un album aussi solide, aussi mélodique, aussi accrocheur. Ce n’est pas facile tant que ça… Quel album!»

Shame: 11 juillet à 19h45 à l’Impérial

«Ce sont des Britanniques qui font du garage rock. On les a vus deux fois [au festival] South by Southwest cette année. Et s’ils avaient rejoué une troisième fois, on serait retourné!»

Sturgill Simpson: 15 juillet à 20h sur les plaines d’Abraham

«C’est encerclé dans mon calendrier en gros. Si vous en doutez, allez googler: “Sturgill Simpson à Saturday Night Live”…»

+

LES PLUS...

… grosses foules attendues

S’il avait à parier sur l’artiste qui attirera le plus de monde au FEQ cette année, le directeur de la programmation, Louis Bellavance, mettrait «un petit 2 $» sur Shawn Mendes. «Ces enfants-là ne peuvent pas venir tout seuls!» lance-t-il à propos des fans souvent très jeunes du Torontois. Comme pour les Black Eyed Peas en 2010 ou LMFAO en 2012, cette variable sera à prendre en compte, surtout que les festivaliers de moins de 12 ans accompagnés d’un adulte peuvent entrer sans laissez-passer et ne sont donc pas comptabilisés officiellement. La revanche des Foo Fighters, qui avaient fait converger entre 80 000 et 90 000 personnes sur les Plaines il y a trois ans, devrait aussi drainer beaucoup de monde. «En 2015, c’était notre plus grosse foule avec les Rolling Stones», note M. Bellavance.

… grandes délégations

Attendus sur les plaines d’Abraham le 9 juillet, les Foo Fighters sont ceux qui visiteront Québec avec la plus grosse délégation et le plus d’équipement, selon le directeur de la production du FEQ, Patrick Martin. Dave Grohl et sa bande arriveront en ville avec sept camions, suivis de près par le groupe Avenged Sevenfold et son convoi de six véhicules. Neil Young et Beck seront accompagnés de quatre fourgons et le Dave Matthews Band de trois.  

… forts aimants à visiteurs

Avec un seul spectacle prévu au Canada cette année, Neil Young et ses complices de Promise of the Real attireront «assurément» le plus grand nombre de spectateurs venus de l’extérieur, selon Louis Bellavance. «J’ai des demandes de Montréal, de Toronto, de Winnipeg, de Vancouver, d’Halifax», résume-t-il.

+

«LE SECRET LE MIEUX GARDÉ» À L'INTERNATIONAL

À la veille du coup d’envoi du 51e Festival d’été de Québec, l’Agence France-Presse fait état de des nombreux attraits, mais aussi de la faible exposition médiatique de l’évènement à l’échelle internationale. Malgré le nombre d’artistes présentés (243), les scènes disposées dans des lieux chargés d’histoire, les tarifs avantageux, son demi-siècle et son million de spectateurs, le FEQ demeure méconnu. 

«Pour beaucoup, on est catalogué “le festival le plus extraordinaire dont vous n’avez jamais entendu parler”. On n’est pas très connus à l’étranger ni même dans l’ouest canadien. Et quand je vais y faire de la promo, il y a toujours des visages qui s’illuminent quand ils entendent parler de notre histoire pour la première fois», a dit à l’AFP le directeur de la programmation Louis Bellavance. En exposant la philosophie, la programmation et la logistique du FEQ, l’AFP parviendra-t-elle à convaincre les mélomanes d’outremer de venir grossir le bassin de festivaliers? Peut-être qu’on devrait garder le secret, finalement...  Josianne Desloges