Le diable s’en vient, Joaquin Phoenix fête

La réplique de la semaine

«Dans la vie, il faut se tenir debout toute seule parce que les autres ne sont pas toujours là pour t’empêcher de tomber.»

— Yalla ( Lilou Roy-Lanouette), sept ans, en voix hors champ dans Jouliks de Mariloup Wolfe.

Premières images

Sympathie pour le diable n’est pas un hommage aux Stones, mais bien une référence au livre du regretté Paul Marchand. Le percutant drame biographique de Guillaume de Fontenay évoque le séjour du sulfureux journaliste à Sarajevo en 1992 alors que les troupes serbes ont pris en otage la population. Niels Schneider est confondant dans la peau de cet homme qui donne tout son sens à l’engagement moral lorsque l’objectivité doit céder la place devant l’horreur et l’injustice. Sortie prévue : 29 novembre.

Arrêt sur image

La saison des récompenses cinématographiques a officiellement commencé avec l’annonce des nominations pour les Gotham Awards, qui épaule généralement le cinéma d’auteur. Fait notable, trois des cinq longs métrages en lice pour le meilleur film n’ont pas encore pris l’affiche : Wave de Trey Edward Shults (15 novembre); Marriage Story de Noah Baumbach (6 décembre) et Uncut Gems des frères Safdie (25 décembre). On a encore plus hâte de les voir...

Gros plan

Joaquin Phoenix a eu 45 ans lundi. L’exceptionnel acteur, prix d’interprétation 2017 à Cannes pour Tu n’as jamais été vraiment là de Lynne Ramsey, aura-t-il une chance pour l’Oscar ? La nomination pour son intense composition dans Joker est acquise, mais avec la controverse qui a entouré la sortie du long métrage de Todd Phillips, il pourrait bien faire chou blanc pour une quatrième fois. Sa personnalité introvertie et asociale ne l’aide pas, de toute évidence… Peu importe. Depuis Walk the Line (2005), où il était inoubliable en Johnny Cash, Phoenix accumule les bonnes performances, pour notre plus grand plaisir.

En tournage

Boulin Lanners a commencé la semaine dernière en Écosse le tournage de Wise Blood. En plus du scénario et du rôle principal, le Belge coréalise avec Tim Mielants ce long métrage à propos d’un robuste travailleur qui a perdu la mémoire à la suite d’un AVC. Sa patronne (Michelle Fairley, Catelyn Stark dans Le trône de fer) doit s’en occuper. Elle lui avoue qu’ils étaient amants. La passion en est ranimée, mais Millie redoute le moment où il retrouvera la mémoire. Outre le réalisateur des Premiers, les derniers, Julian Glover et Clovis Cornillac font aussi partie de la distribution.