Yves Létourneau a incarné le policier Placide Beaulac dans la série <em>Symphorien</em>.
Yves Létourneau a incarné le policier Placide Beaulac dans la série <em>Symphorien</em>.

Le comédien et journaliste sportif Yves Létourneau n’est plus

La Presse Canadienne
Le comédien et journaliste sportif Yves Létourneau s’est éteint mardi à l’âge de 94 ans.

Il est mort de causes naturelles au CHSLD Marcelle-Ferron à Brossard, rapporte son ancien collègue et ami de longue date Roland Mailhot.

En entrevue téléphonique à La Presse canadienne, M. Mailhot a salué le départ d’«un grand communicateur», qui a laissé sa marque tant dans le milieu artistique que dans l’univers sportif.

Les deux hommes se sont côtoyés à CKAC, où Yves Létourneau était reconnu pour ses éditoriaux sportifs à l’émission matinale de Jacques Proulx.

«C’était un homme immensément intelligent, très versatile, qui était passioné de tout ce qu’il faisait», souligne M. Mailhot.

Commentateur de matchs de football et de Jeux olympiques, il a également assumé la présidence de l’Union des Artistes de 1983 à 1984.

Au petit écran, Yves Létourneau a marqué l’enfance de toute une génération avec des émissions jeunesse telles que Le Pirate Maboule et Le Major Plum Pouding.

Il a souvent donné la réplique à Gilles Latulippe, notamment dans Symphorien, où il campait le rôle du policier Placide Beaulac.

Également adepte de théâtre, il a collaboré avec Marcel Dubé pour donner vie à Zone et adapter Les Beaux Dimanches et Un simple soldat, entre autres.

Le premier ministre François Legault a transmis ses condoléances à sa famille et à ses proches mardi soir sur Twitter.

«De beaux souvenirs d’enfance: le constable Polycarpe, le Major Plum Pouding, Placide Beaulac et le journaliste sportif», a-t-il écrit.

L’équipe des Alouettes de Montréal a également tenu à lui rendre hommage sur les réseaux sociaux. «Un grand connaisseur de football qui s’est toujours exprimé avec une grande franchise et rien ne le faisait reculer, a-t-on souligné. Un grand artiste et un grand commentateur. Merci Yves.»