Le complexe cinématographique du Clap, à Loretteville, sera parmi les plus modernes au Canada. Des équipements à la fine pointe de la technologie visuelle et acoustique seront déployés dans les huit salles.

Le Clap à Loretteville: le nec plus ultra du cinéma [VIDÉO]

Quelque 3,7 millions $ ont été investis par la direction du Clap pour la construction de son complexe cinématographique de Loretteville qui ouvrira ses portes le mois prochain. Des équipements à la fine pointe de la technologie visuelle et acoustique seront déployés dans les huit salles afin de séduire les cinéphiles, de plus en plus nombreux dans la couronne nord de la capitale.

Casques de protection sur la tête, les journalistes ont eu droit à une visite du chantier, mardi avant-midi, sous la supervision du directeur général Robin Plamondon, pas peu fier de dévoiler les nombreuses particularités de l’important projet culturel. À travers le va-et-vient des ouvriers, le bruit des scies et l’odeur des matériaux neufs, difficile d’imaginer que dans un mois, le cinéma accueillera ses premiers spectateurs.

Occupé depuis quelques années par le déménagement du Clap de la Pyramide — qui transportera ses pénates près de Place Sainte-Foy, à l’automne 2019 — Robin Plamondon explique que l’offre de s’installer sur le boulevard L’Ormière, à Loretteville, a été difficile à refuser en raison d’un marché aussi prometteur que méconnu.

«Nous avons fait des études pour voir s’il y avait un potentiel pour un cinéma. Les résultats nous ont renversés. On ne pouvait pas reculer.»

Le nouveau complexe compte sur un secteur de la ville dont la population a doublé en 10 ans, avec de nombreuses jeunes familles. «Le pourcentage d’adolescents est également important, précise Robin Plamondon. Or, sans voiture, c’est souvent pour eux, «c’est souvent le parcours du combattant» pour aller au cinéma.

Système acoustique immersif

Le nouveau complexe sera parmi les plus modernes au Canada. «Nous sommes un des rares cinémas à avoir mis autant de technologies dans nos salles», affirme Robin Plamondon. Ainsi Le Clap version lorettevilloise sera le premier cinéma indépendant multisalles à offrir des projections laser, un procédé qui apporte une stabilité d’image inégalée, sans aucun contraste. 

La salle numéro un, la plus grande avec son écran de 40 pieds de largeur et ses 200 sièges, sera équipée de surcroît de la technologie ATMOS, «un système immersif» dernier cri n’offrant aucune distorsion sonore. La qualité d’acoustique est telle que l’oreille peut entendre une aiguille tomber sur scène pendant la projection d’un opéra, précise M. Plamondon.

Toutes les salles sont aménagées en gradins. Un large espace entre les sièges permettra de circuler sans déranger ses voisins à outrance. De plus, les sièges de la première rangée, souvent boudés par les spectateurs en raison de leur proximité avec l’écran, seront de style La-Z-Boy. Forts de différents degrés d’inclinaison, ces fauteuils, installés dans quatre salles, offriront une vue optimale, peu importe l’endroit dans la rangée.

Resto et bouquins

L’aménagement du cinéma de 20 000 pieds carrés, sur deux paliers, a été conçu afin de rendre l’expérience du cinéphile la plus relaxante et variée possible. S’appuyant sur des études voulant que le client type du Clap arrive une heure et quart avant la projection (contre une dizaine de minutes pour le cinéphile moyen d’Amérique du Nord), celui-ci trouvera de quoi meubler son attente, avec la présence d’une succursale de la librairie Pantoute et d’une boutique d’objets reliés au monde du cinéma.

Outre le traditionnel comptoir de friandises, l’établissement comptera un restaurant offrant une grande variété de mets (soupes, lasagne, pizzas…), comme c’était le cas au Clap de Sainte-Foy, il y a quelques années, avant que l’espace ferme pour permettre l’ajout d’une salle. Trois espaces lounges totalisant 120 places permettront aussi de prendre un verre.

L’ouverture officielle au public aura lieu le vendredi 7 décembre. Une soirée spéciale, sur invitation seulement, se tiendra quatre jours auparavant, avec la projection de la comédie d’animation québécoise La course des tuques, en présence des artisans du film.