Le populaire spectacle déambulatoire <em>Où tu vas quand tu dors en marchant…</em> pourrait être reporté.

Le Carrefour international de théâtre annulé

Le Carrefour international de théâtre succombe pour cette année à la pandémie de la COVID-19. Toutes les activités en salles sont annulées. Il n’est toutefois pas exclu que le populaire spectacle déambulatoire Où tu vas quand tu dors en marchant…? soit reporté.

La décision a été crève-cœur. Mais elle s’imposait. Pour l’organisation, qui reçoit chaque année des spectacles venus d’ailleurs, la fermeture des frontières a été l’élément fatidique. Le festival n’avait pas encore dévoilé sa programmation complète. Et son équipe jouait de prudence en ces temps incertains. Les pertes financières seront donc amoindries pour l’organisation. «Je trouve que malgré tout, la prudence aura été bonne conseillère dans les circonstances. J’ai confiance qu’on va arriver à sortir de là dans la posture de continuer», assure la directrice générale du Carrefour, Dominique Violette. 

Mais il y aura quand même des pertes à éponger. «C’est sûr qu’il va y avoir [des impacts financiers], ajoute-t-elle. Il va y en avoir pour tout le monde qu’on avait invité. Les répercussions vont être importantes pour les compagnies. Nous, il y a des limites par rapport à ce dont on est responsable. C’est un cas de force majeure. Là, on a encore du travail à faire pour déterminer les impacts. Quelles sortes d’arrangements on peut prendre? Il y a des possibilités qu’on puisse reprendre certains spectacles l’année prochaine.»

Activité phare du Carrefour, le populaire spectacle déambulatoire Où tu vas quand tu dors en marchant…? pourrait toutefois être repris plus tard cet été, si jamais l’épidémie de COVID-19 se résorbe. La dernière mouture a été créée l’an dernier aux abords de la rivière Saint-Charles et devait retrouver ses rives en mai.  

«Ma motivation et ce qui garde le moral des troupes, c’est si on peut réussir à reprendre Où tu vas… avant la fin de l’été, confie Mme Violette. Il faut vérifier la faisabilité de ça. Il y a beaucoup d’éléments à prendre en compte. On va y travailler et je pense que ça se peut. On va y travailler.»

Le spectacle gratuit, qui mobilise une grande partie de la communauté théâtrale de la capitale, a fait courir les foules depuis sa création. Dominique Violette ne cache pas son souhait de pouvoir le voir comme un symbole de notre collective sortie de confinement. «C’est un spectacle qui a un lien très grand avec la ville, avec les spectateurs, avec les artisans du milieu et les artistes de Québec, observe-t-elle. Je le verrais comme un moment où on dirait : “enfin, on peut se rassembler. Et on se rassemble autour de l’art et de la population”.»