Sur la scène de la place D'Youville, les frères Andrew et Brad Barr et la harpiste Sarah Pagé revisiteront le répertoire des Barr Brothers avec le Malien Bassekou Kouyaté et ses complices.

L'aventure malienne des Barr Brothers

Les Barr Brothers s'étaient éclipsé de la scène au cours de la dernière année afin de travailler sur leur troisième album studio. Ce n'est qu'à l'automne qu'on pourra entendre leurs nouvelles créations, mais d'ici là, les Montréalais proposent une rencontre avec l'artiste malien Bassekou Kouyaté et sa formation.
Le blues, la folk et l'americana des Barr Brothers en territoire africain? Oui, et inversement. La troupe qui réunit les frères Brad (voix, guitare) et Andrew Barr (batterie), ainsi que la harpiste Sarah Pagé, reverra une portion de son répertoire avec Kouyaté, qui est un maître du n'goni - un luth malien - et qu'on a vu auprès des Damon Albarn, U2 ou encore Taj Mahal, pour ne nommer que ceux-là. Kouyaté et ses complices, dont sa femme, Amy Sacko, interpréteront aussi des pièces de leur cru avec l'apport des Barr Brothers.
«On aura quelques jours de répétition avec lui avant le concert, alors tout peut se retrouver là, indique Brad Barr. On apprend quelques-unes de ses chansons de notre côté et on décide lesquelles de nos pièces peuvent être adaptées ou fonctionneraient bien avec son groupe. C'est très ouvert, ce sera un mélange de nos répertoires avec quelques jams.»
Qu'on ne se méprenne pas, le nouvel album des Barr Brothers n'est pas avec Kouyaté, il s'agit d'un tout autre projet. Cela dit, les artistes se connaissent déjà. L'histoire remonte à près de cinq ans et mérite d'être racontée. Howard Bilerman, du studio montréalais Hotel2Tango, où des d'artistes comme Godspeed You! Black Emperor, Arcade Fire ou Patrick Watson ont enregistré, avait mis le cap vers le Mali afin d'aller enregistrer un projet de Bassekou Kouyaté. Le hic, c'est que lorsqu'il a achevé son boulot, il n'a pas pu revenir immédiatement au Québec.
«Pendant qu'il était là, il y avait eu un coup d'État et tous les avions étaient cloués au sol, raconte Brad Barr. Il s'est donc retrouvé à Bamako pour quelques semaines de plus que ce qu'il avait prévu. On faisait l'album Sleeping Operator à l'époque et il nous a contactés pour nous dire «les gars, je suis pris dans un studio au Mali avec de bons musiciens, alors si jamais vous avez des musiques sur lesquelles vous aimeriez que Bassekou joue, envoyez-les!»
Chèvres et sauna
Le premier contact s'est fait ainsi à distance, après quoi Andrew Barr a joué avec le Malien. Les Barr Brothers ont aussi invité Kouyaté à enregistrer dans leur studio, lors d'un séjour à Montréal. La relation a donc grandi, jusqu'à ce que cette année, une autre proposition - celle du spectacle - arrive du Festival de jazz de Montréal, auquel le Festival d'été a aussi été sensible. Or il y a une marge entre une collaboration sur un titre et un concert complet. Comment se prépare-t-on à une immersion musicale en terres africaines?
«On commence par manger beaucoup de chèvre, puis par passer beaucoup de temps au sauna, juste pour avoir une idée de l'expérience malienne», lance Brad Barr, le plus sérieusement du monde avant de s'esclaffer!
Le fait est que les Barr Brothers ont tous un intérêt pour la musique world, qu'ils ont exploitée un jour ou l'autre. Sarah Pagé est une grande admiratrice du joueur de kora Toumani Diabaté et ne craint pas d'inscrire son jeu de harpe dans l'esprit de cet instrument. Quant aux frères Barr, ils ont été initiés très jeunes à l'approche musicale africaine. Aussi, bien qu'ils s'éloignent un peu de la zone dans laquelle on a eu l'habitude de les entendre, leur aventure avec Bassekou Kouyaté est loin d'être un accident de parcours.
«À l'endroit où nous avons grandi, à Providence [dans le Rhode Island], il y avait une grande communauté malienne et on a connu ces gens très tôt, relate Brad Barr. Je crois qu'Andrew avait 11 ans quand il a pris des cours de djembé d'un des individus et, à partir de là, on est devenu amis avec tous ces gars du Mali et on a joué beaucoup de musique avec eux. Pour nous, ce n'est pas entièrement de la musique étrangère. En fait, c'est une large part de notre langage musical.»
Nouvel album intitulé Queens of the Breakers
Il est encore tôt pour parler du nouvel album des Barr Brothers, mais peu à peu, on commence à avoir une idée de ce que le groupe a concocté. D'abord, Brad Barr nous en a révélé le titre, Queens of the Breakers. Ensuite, il est fort possible qu'on ait un avant-goût sur scène, cet été, d'au moins une chanson. Mais laissons Brad en parler : «C'est quelque chose qui sonne entièrement nouveau pour nous, mais qui est entièrement nous. C'est un peu plus hypnotique, un peu plus simplifié, c'est comme un paysage en 3D, une architecture spatiale. [...] Je ne peux pas croire qu'on y soit parvenu, car au début, on est partis de rien, on avait les mains vides. Cet album a dicté sa propre trajectoire. Cet album n'est pas l'album qu'on pensait qu'on faisait tandis qu'on faisait un album!»  
Vous voulez y aller?
Qui: The Barr Brothers, Bassekou Kouyaté et Amy Sacko 
Quand: 6 juillet à 21h10
Où: place D'Youville
Accès: gratuit
Info.: infofestival.com