«Je ne savais juste pas comment faire pour écrire une chanson. Mais finalement, ç’a débloqué. J’ai trouvé un gars <em>cute</em> et j’ai écrit <em>Cœur de miel</em>!» s’amuse Lauma.
«Je ne savais juste pas comment faire pour écrire une chanson. Mais finalement, ç’a débloqué. J’ai trouvé un gars <em>cute</em> et j’ai écrit <em>Cœur de miel</em>!» s’amuse Lauma.

Lauma: comme une boîte à musique

Geneviève Bouchard
Geneviève Bouchard
Le Soleil
Ils sont jeunes, ils voient grand et leur avenir nous semble rempli de promesses. Artistes de multiples horizons, ils forgeront le paysage culturel de demain. Des quatre coins du Québec, les journaux des coopératives CN2i vous présentent leur fiche d’identité.

Bien avant d’entrer en studio avec Claude Bégin, qui a réalisé son premier minialbum, avant de faire ses classes à Granby ou même de tenter sa chance à Cégeps en spectacle, Laura Magnan, alias Lauma, savait qu’elle ferait de la musique un métier. Pour l’autrice-compositrice-interprète de Québec, la certitude était ancrée dès la petite école.

«En première année du primaire, il fallait dire ce qu’on allait faire plus tard, raconte la jeune artiste. On avait un petit livret avec des photos de nous et à la fin, il fallait dessiner ce qu’on allait devenir. J’avais écrit : “plus tard, je vais être une chanteuse”. Et j’avais dessiné une femme avec des talons hauts sur un podium qui recevait des roses!»

Au bout du fil — COVID-19 oblige —, l’anecdote se conclut dans un grand éclat de rire. Voilà pour la vocation. N’empêche que Lauma, qui a lancé récemment le minialbum Pixels, a multiplié les initiatives pour la voir se concrétiser. Des cours de guitare dès l’enfance — bercée par Dany Bédar, Daniel Bélanger et plus tard, Jason Mraz —, un parcours de chant choral puis quelques concours, dont La voix Garneau, où sa coach, Lily Thibodeau, l’a encouragée à prendre la plume.

«Elle m’a dit : “t’es capable d’écrire. Vas-y, lâche pas”. Moi, je ne savais juste pas comment faire pour écrire une chanson. Mais finalement, ç’a débloqué. J’ai trouvé un gars cute et j’ai écrit Cœur de miel! Je suis allée plus loin dans la chanson que ce qui s’est réellement passé...» relate Lauma à propos du titre qui ouvre son minialbum.

Sa participation à Cégeps en spectacle lui a ouvert les portes du Festival de la chanson de Tadoussac, où elle a participé à la résidence d’écriture pilotée chaque année par Xavier Lacouture. Puis, l’autrice-compositrice-interprète est allée parfaire ses connaissances à l’École de la chanson de Granby. «C’est là que sont nées les quatre autres chansons du EP», précise celle qui décrit son style musical comme du «pop-folk joyeux… Comme une boîte à musique...»

Le coût d’essayer

Laura Magnan n’est pas du genre très timide… Elle ne semble pas non plus remettre à demain ce qu’elle peut faire maintenant. On le comprend lorsqu’elle prend le temps au milieu d’une entrevue de partager avec une journaliste une «trop bonne» recette de tofu piri-piri (on la remercie!). Ç’a aussi été le cas d’une manière autrement plus considérable dans son cheminement lorsqu’elle a décidé d’écrire à Claude Bégin, dont elle admirait le travail en solo et ses collaborations avec Karim Ouellet.

«Je lui ai dit que j’aimais vraiment ce qu’il faisait et je lui ai demandé si on pouvait faire une chanson ensemble, note-t-elle. Ou peut-être même un album. Je me disais qu’il ne me répondrait peut-être jamais, mais qu’au moins, j’aurais essayé.»

Bien occupé par ses projets, lui qui est notamment membre de la formation Alaclair Ensemble, Bégin a trouvé du temps pour mettre sa griffe bien audible sur les chansons de Lauma. «Ça m’a fait dire que tout est possible dans ce métier, lance-t-elle. Si tu as envie d’écrire à un artiste, tu ne perds rien à essayer...»

+

FICHE  D'IDENTITÉ

Nom : Laura Magnan, alias Lauma

Âge : 23 ans

Origine : Québec

Discipline : Autrice-compositrice-interprète

Premiers pas : Mes premiers cours de guitare à l’âge de huit ans. Et plus professionnellement, quand j’ai participé à Cégeps en spectacle. 

Aspirations : J’ai pu cocher de ma liste de faire un minialbum avec Claude Bégin. C’est quelque chose que je voulais vraiment faire. J’aimerais faire un autre EP, possiblement encore avec lui, parce que je l’aime trop. Sinon, j’aimerais faire un single avec FouKi. J’adore ce qu’il fait. Je trouve que c’est du rap mélodieux. 

Mentor : De loin, je dirais que c’est Jason Mraz. Avec son album Mr A-Z, il m’a vraiment marquée parce qu’il fait plusieurs styles dans le même album. Je pense que c’est ce qui fait que j’aime plein de styles différents. 

Allégeance : Ce n’est pas lié à la musique, mais je suis végétalienne. Les animaux, pour moi, c’est vraiment important. Ça me tient vraiment à cœur. J’ai découvert plein de saveurs grâce à ça et je conseille à tout le monde de l’essayer, ne serait-ce qu’en faisant le veganuary en l’essayant pendant un mois. Ou une semaine, comme les gens le sentent. 

Dépendance : J’ai une dépendance extrême au chocolat. C’est vraiment difficile de m’arrêter, c’est trop bon. J’ai fait cinq mug cakes dans la même semaine. Je suis capable de m’en passer pendant une journée, mais peut-être pas deux!

Fierté : Ma chanson Ma belle Clodie, c’est ma fierté musicale. Ma fierté dans ma vie, c’est mon copain. 

Regrets : Non. Je pense qu’il ne faut pas en avoir. Quand c’est passé, on se fait du mal à avoir des regrets.