Avec quatre prix, la participante de Destination Chanson Fleuve, Mélodie Spear, a récolté le plus grand nombre d’honneurs.

L’année de tous les records au Festival en chanson de Petite-Vallée

PETITE-VALLÉE — Plus de monde, plus de spectacles, plus de billets vendus, six spectacles à guichet fermé, deux jours de plus à la programmation… Le 37e Festival en chanson de Petite-Vallée aura été l’année de tous les records. «Gros festival», résumait fièrement, mais fatigué Alan Côté, le grand manitou de l’événement qui a pris fin dimanche avec une supplémentaire de Marc Hervieux.

«L’an passé, on a vendu pour 160 000 $ de billets, laisse entendre Alan Côté. Cette année, on a commencé le Festival à 160 000 $ de billets déjà vendus.» Les revenus de billetterie ont donc fait un bond de 38 % par rapport à l’an dernier. L’organisation évalue à plus de 15 000 le nombre de visiteurs. «On a eu plus de monde qu’avant», constatait déjà à vue d’œil Alan Côté, sans encore avoir les chiffres en main. Celui-ci remarque une relève chez les festivaliers, dont certains «youtubers» et blogueurs qui entraînent des abonnés derrière eux.

Pour le directeur général et artistique de l’événement, ça tient presque du miracle d’offrir autant d’activités dans des lieux temporaires, en attendant la reconstruction du Théâtre de la Vieille Forge, disparu en fumée à l’été 2017. Ce «miracle», il ne manque pas de rappeler qu’il est principalement rendu possible grâce aux quelque 200 bénévoles et à la centaine d’employés qui s’activent à tenir cet événement dans une municipalité qui compte… 139 habitants! 

L’effet Patrice Michaud

Le passeur, Patrice Michaud, y est sans doute pour quelque chose. L’enfant chéri de la Gaspésie était parmi les siens et ceux-ci ont su l’accueillir comme le fils prodigue à son retour. Mais, l’auteur-­compositeur-interprète de Cap-Chat a aussi su leur rendre ce débordement d’amour. «Patrice a été charmant comme il l’est toujours, rassembleur et généreux», a souligné l’organisateur en chef. «Il faut être humainement outillé pour donner et recevoir, a confié Patrice Michaud. Ce n’est pas n’importe qui, qui peut être passeur. On donne, mais il faut aussi savoir recevoir.»

Le passeur a raconté sa longue histoire d’amour avec Petite-­Vallée, qui a commencé en 2008, lorsqu’il a été chansonneur. «C’est là où j’ai présenté mes premières chansons, c’est là que j’ai vu mes faiblesses, se souvient-il. Je suis arrivé sur le tard parce que je ne me trouvais pas très bon, mais j’aimais être sur scène. J’avais 27 ans, j’étais le plus vieux. Cette édition-là est plus que majeure. C’est au Festival que j’ai eu le coup de foudre, cette espèce de dope sur scène. C’est à ce moment-là que j’ai décidé de tout abandonner pour me consacrer à ça. J’ai quitté ma job chez Mountain Equipment Co-op à Québec et j’ai laissé mon mémoire de maîtrise en littérature.»

Parmi les huit chansonneurs du programme Destination Chanson Fleuve, Mélodie Spear de Québec et Étienne Coppée de Montréal sont repartis avec le plus grand nombre de prix et de bourses. Antoine Aspirine, Alex Météore, Ariane Roy, Tom Chicoine, Simon Kearney et Alice Animal ont, pour leur part, récolté au moins un prix chacun.