Les performances scéniques de Pink, spectaculaires et risquées, se font sans lip-sync.

La vie en Pink!

Le Festival d'été de Québec célèbre cette année ses 50 ans avec une brochette d'artistes qui reflètent bien son caractère éclectique. Parmi les grandes visites, impossible de passer sous silence Pink, qui offrira son tout premier concert en ville. Découvrez la singulière trajectoire de l'Américaine.
Pink arrive à Québec par la grande porte. La star américaine, connue autant pour ses succès que pour ses performances dynamiques monte sur les planches des plaines d'Abraham le 8 juillet. À cette occasion, Le Soleil vous propose un portrait en pièces détachées de cette chanteuse qui a atteint les sommets tout en évoluant à distance de ce qu'elle nomme elle-même «la bulle hollywoodienne».
En groupe, puis en solo
Pink fait ses débuts très tôt, grâce à sa voix, aussi puissante que juste, et une indéniable détermination. Elle développe ses habiletés au chant et même à l'écriture tandis qu'elle est à l'école secondaire et, dès l'âge de 14 ans, elle se produit dans des clubs de sa ville natale, Philadelphie, joignant différents groupes. Elle a 16 ans lorsqu'elle forme le trio féminin de r'n'b Choice, qui réussit à obtenir un contrat chez LaFace records. Bien que les filles séjournent en studio, leur projet sera de courte durée et c'est finalement en solo que Pink lancera son premier album, Can't Take Me Home.
La machine à hits
Après le succès de Can't Take Me Home (2000), Pink décide de prendre davantage le contrôle de son matériel pour l'enregistrement suivant. Elle recrute une idole de jeunesse, Linda Perry de 4 Non Blondes, pour Missundaztood (2001), qui fonctionne très bien. La chanteuse ne marque pas autant de points avec son troisième enregistrement, mais rebondit de manière convaincante avec I'm Not Dead (2006) et Funhouse (2008), qui confirment son statut de vedette avec les simples Sober, Please Don't Leave Me et, surtout, So What, qui lui vaut son premier numéro un au palmarès. Elle n'a pas cessé d'avoir le vent dans les voiles depuis, puisque son plus récent album, The Truth About Love, a fait son entrée directement en première position du Billboard. Entre deux concerts et deux collaborations - on peut l'entendre sur Waterfall de Stargate, avec Sia -, elle planche sur son septième album.
Bête de scène, sans lip-sync
Si, à ses débuts, Pink disait ouvertement trouver que les productions à grand budget étaient exagérées, estimant qu'elle n'avait pas besoin de plus qu'un podium et un micro, elle a graduellement étoffé ses propositions scéniques au point où, depuis 2009, elles incluent toutes d'impressionnantes acrobaties. Ces performances spectaculaires et risquées - elle a été projetée contre une barrière, en 2010, lorsqu'un harnais a été défectueux - se font sans lip-sync. «J'aime les performances et j'aime regarder la passion des gens en action, peu importe la forme que ça prend et je crois qu'on ne donne pas assez de crédit au public», expliquait-elle en entrevue lorsqu'elle a été sacrée Femme de l'année selon Billboard, en 2013. «Notre public n'est pas stupide : il sait quand tu donnes ton coeur et quand tu viens simplement faire tes heures de boulot et je préférerais sonner comme de la merde, mais qu'on me croit, que de faire les choses sans âme.»
Amour inspirant et torturé
Comme la plupart des vedettes, Pink a vu une portion de sa vie privée devenir publique. Et elle est en bonne partie consentante, puisqu'elle n'a pas hésité à puiser dans ses expériences amoureuses pour ses chansons. En 2001, elle rencontre le pilote de motocross professionnel Carey Hart, qui devient son compagnon jusqu'en 2003. Ils se séparent brièvement, puis en 2005, Pink lui demande de la marier, tandis qu'il est en pleine course. Ils s'unissent l'année suivante, se séparent en 2008, pour se retrouver en 2010. Une fille, Willow (2011) et un garçon, Jameson Moon (2016), sont nés de cette union, de même qu'une demi-douzaine de compositions. Son conjoint apparaît même dans des vidéoclips de Pink : So What, qui traite de leur séparation et dont Hart n'aurait eu aucune idée du contenu lors du tournage, Just Give Me a Reason et True Love.
Cinéma, cinéma
Pink a toujours eu un intérêt pour le cinéma. Son nom d'artiste, adopté durant son adolescence, lui a d'ailleurs été inspiré par le personnage de Mr. Pink dans le long métrage Reservoir Dogs, de Quentin Tarantino, et n'incarnait donc pas, à la base, la douceur ou la délicatesse féminine... Pink a enregistré plusieurs pièces pour des longs métrages, de sa reprise de Lady Marmelade dans Moulin Rouge, avec Christina Aguilera, Mýa et Lil' Kim, en 2001, à Just Like Fire dans Alice Through The Looking Glass. Elle mène une carrière dans l'univers du cinéma, faisant plusieurs caméos, mais tenant aussi des rôles dans Thanks For Sharing ou Charlie's Angels : Full Throttle, en plus d'être une voix dans le film d'animation Happy Feet Two.
D'une collabo à l'autre
L'union fait la force. C'est particulièrement vrai avec Pink, qui n'a jamais craint les collaborations avec différents artistes ou alors d'écrire pour d'autres. On se souviendra que, l'été dernier, elle offrait la pièce Recovering à Céline Dion, une chanson sur le deuil. Elle a également prêté ses talents à des vedettes aussi diverses que Cher, Adam Lambert ou Faith Hill et a partagé le micro avec un grand nombre d'artistes, là aussi de styles variés, notamment Eminem, Indigo Girls, India.Arie, Nate Ruess ou Lisa Marie Presley. Avec le chanteur Dallas Green, de City and Colour, elle a même formé le duo You+Me, au sein duquel elle a enregistré un album complet.
L'activiste
Pink épouse différentes causes. Elle s'est prononcée pour les droits des gais, lesbiennes, bisexuels et transgenres, de même que pour le mariage de conjoints de même sexe. Elle s'est impliquée dans différents organismes, dont l'UNICEF, et a ouvertement milité pour un traitement juste des animaux, allant jusqu'à poser nue pour une campagne contre les fourrures, initiée par l'organisme People for the Ethical Treatment of Animals (PETA). Certaines de ses revendications se sont aussi retrouvées dans la chanson Dear Mr. President, en 2006, une lettre ouverte alors destinée à George W. Bush, où elle critiquait la guerre en Irak, le manque d'empathie du politicien pour les pauvres et la classe moyenne, ses croyances religieuses ou encore sa consommation passée d'alcool et de drogues.
Fiche signalétique
Nom d'artiste: Pink
Nom de baptême: Alecia Beth Moore 
Date de naissance: 8 septembre 1979
Nombre d'albums enregistrés: 6
Nombre d'unités vendues: 41,5 millions 
Salaire annuel: 52 millions $US en 2014, selon Forbes
 
Vous voulez y aller?
Qui: Pink
Quand : 8 juillet, 21h30
Où: plaines d'Abraham
Accès: laissez-passer
Info: infofestival.com