Le président et fondateur du ComediHa! voit grand pour le 20e anniversaire de son festival, qui sera souligné l’an prochain.

La table est mise pour le 20e ComediHa!

Le ComediHa! n’a pas attendu son 20e anniversaire, souligné l’an prochain, pour offrir du neuf à ses artistes et ses festivaliers. Nouveaux lieux de diffusion, nouvelles dates, nouveaux concepts de spectacles : le rendez-vous humoristique n’a pas eu à regretter les changements qu’il s’est imposés, selon le bilan dressé au terme de sa 19e présentation.

«Je pense qu’on était rendu à un âge mature. Justement [en prévision du] 20e anniversaire du festival, on se devait de faire des changements cette année», estime le président et fondateur de l’événement, Sylvain Parent-Bédard.

En conférence de presse, lundi après-midi, le patron du ComediHa! (anciennement Grand Rire de Québec) a mesuré l’ampleur du chemin parcouru depuis l’an 2000. «Deux ou trois jours, quatre spectacles, 300 000 $ de budget» a-t-il énuméré en référence à la mise sur pied de ses premiers événements. Cette année, le festival d’humour, qui s’est terminé dimanche, s’est étalé sur 12 jours et 300 spectacles, a réuni 450 artistes et artisans avec un budget de 11 millions $ et a été propice à 30 heures de production télévisuelle.

Dates et lieux

Inspirée notamment par le Fringe d’Édimbourg, l’équipe du ComediHa! a apporté plusieurs modifications à son offre en 2018. Parmi elles, l’installation de deux «villages festifs» au parc de la Francophonie et à la place George-V qui ont, selon M. Parent-Bédard, eu une influence sur le succès de la dernière présentation. Le déménagement du festival de juin — où les soirées peuvent encore être frisquettes — à août a aussi été bénéfique, ajoute son fondateur.

«Il y a eu un achalandage plus touristique, observe-t-il. Il y a eu les nouveaux lieux, mais aussi les dates. Il a fait chaud, la température était au rendez-vous. Tous nos revenus autonomes ont été en croissance de façon importante. Ç’a définitivement été une bonne décision.»

Traditionnellement présentés au Grand Théâtre, les galas télévisés du ComediHa! (animés cette année par Patrick Huard, Phil Roy, Jean-Michel Anctil, Véronique Cloutier, Véronique Claveau, Mario Tessier et Fabien Cloutier) ont cette année élu domicile au Palais Montcalm parce que le Grand Théâtre n’était pas libre, note Sylvain Parent-Bédard. Encore là, il ne regrette pas son choix.

Au Palais Montcalm pour y rester

«On a fait un maudit beau move en venant ici. Je ne pense pas que les artistes vont vouloir quitter le Palais Montcalm», a-t-il lancé, soulignant aussi que la taille de la salle avait permis une plus grande proximité entre les comiques et le public. «On est au Palais Montcalm pour y rester», a-t-il avancé lundi.

Misant désormais sur plusieurs lieux de diffusion temporaires pendant les 12 jours de festivités, Sylvain Parent-Bédard reconnaît que certains éléments feront l’objet d’améliorations à l’avenir, notamment en ce qui touche l’accessibilité aux sites et la qualité sonore sur certaines scènes. Il note en revanche combien d’autres expériences ont été fructueuses, citant par exemple la transposition sur scène de l’émission Piment fort, qui pourrait faire l’objet d’une tournée.

Sylvain Parent-Bédard ne manque pas d’ambition pour la célébration du 20anniversaire de l’événement qu’il a fondé. Il espère un festival «grandiose», «encore plus grand que cette année, avec plus de spectacles», un budget gonflé et une présence internationale accrue. «Ça va nous permettre de faire un oumf et de franchir une autre étape de l’histoire de l’organisation», décrit-il.