Vanessa Bell, responsable du Mois de la poésie de Québec.

La poésie plus forte que le coronavirus [VIDÉO]

Le Mois de la poésie a décidé de se faire plus fort que le coronavirus. D’une programmation «physique», l’événement se mute jusqu’au 30 mars en programmation virtuelle entièrement diffusée sur le web.

«Le Mois est mort, vive le Mois», clame le bureau des affaires poétiques de l’organisme de Québec, dans la foulée de l’annonce des mesures prises par les gouvernements pour résorber la crise sanitaire.

Le 21 mars, à 20h, sur la page Facebook du Mois de la poésie, les internautes reclus pourront assister au «plus gros show hygiénique de poésie qui soit», avec tous les artistes qui devaient être présents en chair et en os à l’événement. Parmi eux, Erika Soucy, Vanessa Bell, Sébastien Dulude et François Godin.

L’autrice et comédienne Carolanne Foucher, «tenant à ce que son lectorat reste en vie», a transformé le lancement publique de son recueil Deux et demie cette semaine en une lecture publique. La première partie de l’ouvrage sera lue quatre fois, mardi, de 13h à 19h, dans quelques lieux extérieurs de la ville.

De leur côté, les auteurs Samuel Corbeil et Gabrielle Ferron poursuivent leur correspondance poétique dans les boîtes de courriels des personnes inscrites. Chaque jour, un poème et un collage sont offerts gratuitement. Des poèmes inédits sont également insérés dans la grille horaire de CKIA 88,3.

Plusieurs partenaires de la programmation satellite maintiennent leurs activités. Les détails au http://www.moisdelapoésie.ca/activitessatellites