Tim Robbins et Morgan Freeman dans <em>Shawshank's redemption</em>
Tim Robbins et Morgan Freeman dans <em>Shawshank's redemption</em>

La liste: s'évader à tout prix

1. L’évadé d’Alcatraz, Don Siegel, 1979

En 1962, trois prisonniers se sont échappés de la prison d’Alcatraz, au large de San Francisco, réputée pour être la plus sécuritaire aux États-Unis. Dans l’adaptation cinématographique, librement inspirée de ce coup d’éclat, Clint Eastwood incarne l’un d’eux, Frank Morris. On n’a jamais rien su du sort des trois évadés.  Normand Provencher

2. La grande évasion, John Sturges, 1963

Pendant la Seconde Guerre mondiale, plus de 250 soldats faits prisonniers par les Allemands organisent une fuite spectaculaire en creusant un tunnel. La distribution du film, inspiré de faits véridiques, était impressionnante à l’époque : Steve McQueen, James Garner, Charles Bronson, James Coburn, Richard Attenborough...  Normand Provencher

3. Poulets en fuite, Nick Park et Peter Lord, 2000

Porté par le créateur de Wallace et Gromit, ce très sympathique film d’animation en stop-motion nous amène dans un poulailler aux allures de camp de concentration en pâte à modeler, où la courageuse poule Ginger fera tout pour planifier une évasion et éviter que ses consœurs et elle-même ne finissent dans un pâté au poulet.  Geneviève Bouchard

4. À l’ombre de Shawshank, Frank Darabont, 1994

Histoire de patience et de résilience, cette adaptation d’une nouvelle de Stephen King montre que tout vient à point à qui sait attendre… et que les gardiens de prison devraient se méfier des affiches de starlettes qui ornent les murs des cellules des détenus. Tim Robbins incarne un prisonnier injustement condamné qui jouera de ruse pour retrouver la liberté. Geneviève Bouchard

5. O’Brother, Joel et Ethan Coen, 2000

Beaucoup moins noir que les films habituels des frères Coen, O’Brother suit les aventures absurdes d’un trio d’idiots qui se libèrent, en 1937 dans le Mississippi, de leurs chaînes pour retrouver un trésor. La satire est très librement adaptée de l’Odyssée d’Homère et se veut aussi un road movie. Parfait pour s’évader de son confinement. Éric Moreault