Independence Day (1996)
Independence Day (1996)

La liste: cinq œuvres à propos de la Fête nationale américaine 

1. Hamilton (2015), Lin-Manuel Miranda 

C’est probablement LA comédie musicale la plus populaire des dernières années. Et elle s’inscrit dans les fondements de l’histoire de l’indépendance des États-Unis. Raconter la vie du père fondateur Alexander Hamilton avait de quoi titiller la fibre patriotique des Américains. Le faire dans une forme ultra actuelle, en mode hip-hop, pop ou soul a jazzé l’affaire. À défaut de l’avoir vue sur scène, vous pouvez l’entendre sur disque ou vous reprendre sur Disney +. Geneviève Bouchard

2. 4th of July (1994), Soundgarden

Une chanson qui n’a rien à voir avec le patriotisme ni les feux d’artifice. Quoique, dans ce dernier cas, les paroles sont ouvertes à interprétation puisque le regretté Chris Cornell a déjà expliqué en entrevue que 4th of July évoquait un trip de LSD… Mais comme le reste de l’épique Superunknown, assurément un des meilleurs albums des années 1990, la signification en reste mystérieuse et allusive. Quel morceau! Éric Moreault

3. Né un 4 juillet (1989), Oliver Stone

Assurément l’un des films les plus accomplis du célèbre réalisateur, Né un 4 juillet a le mérite de tracer un parallèle touchant et brillant entre les blessures physiques et psychologiques de Ron Kovic et le traumatisme qui secoue la population des États-Unis à propos de la guerre du Viêt Nam. L’adaptation du livre du vétéran se veut résolument antiguerre et réellement patriotique — ce qui n’est pas antinomique. Éric Moreault

4. Independence Day (1996), Roland Emmerich

Envie d’un peu de surenchère américaine? Pourquoi se contenter de feux d’artifice quand on peut s’offrir une vraie de vraie guerre des mondes? Voilà la prémisse de ce film qui compense un scénario boboche par une orgie d’effets spéciaux et d’effusions patriotiques. Will Smith se bat contre des extraterrestres monstrueux. Et un président américain se porte volontaire pour sauver son pays et l’humanité entière. Rien de moins. Geneviève Bouchard

5. Les Simpson (1996), Matt Groening

Bien ancrée dans la culture de nos voisins du Sud et ce depuis 30 ans, la série Les Simpson a saisi à quelques occasions la chance de célébrer le 4 juillet. L’épisode le plus mémorable en est un marquant pour le personnage de la jeune intellectuelle Lisa, qui tente de se réinventer en vacances sur la plage avec de nouveaux amis. Bien sûr, papa Homer tentera de faire des flammèches. Mais c’est le désir d’être cool de sa fille qui enflammera l’intrigue. Geneviève Bouchard

<em>Les Simpson</em>