La liste: 5 œuvres inspirées de la crise d'octobre

1. Les rois mongols (Luc Picard, 2017)

Ce qu’il y a de pertinent avec ce petit bijou signé Luc Picard, c’est que sa touchante et sensible comédie dramatique offre un point de vue inédit sur ce grand traumatisme de l’histoire québécoise en privilégiant le regard d’un quatuor d’enfants sur la crise d’octobre, qui se déroule en toile de fond. Éric Moreault

***

2. Les ordres (Michel Brault, 1975)

L’un des plus grands films du cinéma québécois, lauréat du Prix de la mise en scène en 1975 au Festival de Cannes. À mi-chemin entre documentaire et fiction, le réalisateur Michel Brault dénonce les arrestations arbitraires survenues dans la foulée de la Loi sur les mesures de guerre. La scène où Jean Lapointe mange ses chips et boit un Coke, en larmes, dans sa cellule, est un moment d’anthologie. À voir ici Normand Provencher

***

3. L’alouette en colère (Félix Leclerc, 1973)

Cette chanson de Félix Leclerc, écrite en une nuit, est un cri de révolte contre l’humiliation subie par le peuple québécois aux mains du «gros voisin d’en face». Le fils fictif du chantre est tour à tour enragé, écrasé, dépouillé, révolté, humilié, avant de finir en prison. Et la colère de s’installer, «pour la première fois, malgré moi, entre la chair et l’os…» Normand Provencher

***

4. Octobre (Pierre Falardeau, 1994)

Fervent indépendantiste, le réalisateur Pierre Falardeau propose avec cette adaptation du livre de l’ex-felquiste Francis Simard, Pour en finir avec Octobre, de faire vivre la crise de l’intérieur pour mieux connaître les motivations des ravisseurs de James Richard Cross. À l’époque, un sénateur, Philippe Gigantès, s’était vivement opposé au financement du long-métrage par Téléfilm Canada. Normand Provencher

***

5. 887 (Robert Lepage, 2016)

Avec la pièce 887, présentée il y a deux ans au Trident, Robert Lepage a créé un ingénieux spectacle autour de la mémoire, dans lequel ses souvenirs d’enfance dans le quartier Montcalm mettent en exergue les bouleversements sociaux qui ont secoué le Québec. Comme dans cette scène où la lecture télévisée du manifeste du FLQ est interrompue par l’annonce du décès d’un proche. Ou cette rencontre d’un militaire qui a nourri la révolte d’un Lepage à l’aube de l’adolescence. Illustré par Steve Blanchet, le texte a été publié chez Québec Amérique. Geneviève Bouchard